Navigation : contestation

« Tous les jours, des millions de gens voient leurs droits être bafoués »: la déclaration, tirée du communiqué accompagnant le plus récent rapport d’Amnistie internationale, est sans équivoque. Selon l’organisation internationale, la situation des droits de la personne dans les deux Amériques demeure particulièrement précaire. Et le Canada, englué dans une nouvelle crise liée à son traitement des Premières Nations, n’y échappe pas non plus.

Cela a beau faire bientôt 10 ans que des centaines de milliers d’étudiants sont descendus dans les rues du Québec pour protester, entre autres, contre la hausse des frais de scolarité du gouvernement Charest, les flammes de la contestation ne se sont jamais tout à fait éteintes. Et dans Zoé, une pièce d’Olivier Choinière présentée au Théâtre Denise-Pelletier, les fondements philosophiques et éthiques des grévistes se heurtent à une autre vision, celle d’un utilitarisme altruiste, certes, mais qui provoque des étincelles.

Le concept de démocratie a pris bien du plomb dans l’aile, en 2019, alors que des manifestations ont ébranlé bon nombre de pays, et que les dirigeants autoritaires ont continué de gagner en pouvoir et en influence, révèle un récent rapport de la publication The Economist.

La Russie est en voie de réussir à imposer un régime de censure numérique particulièrement efficace à des milliers de fournisseurs d’accès internet privés, dans le cadre d’une démarche pour faciliter l’espionnage gouvernemental, selon une étude publiée mercredi.

Coup de théâtre au Liban, dans la foulée de plusieurs semaines de vives contestations populaires: le premier ministre, Saad al-Hariri, a fait savoir mardi qu’il entendait démissionner, ce qui impliquerait également la fin de son gouvernement.

L’heure est à la contestation. La contestation du système démocratique, du masculinisme toxique, de l’économie capitaliste, de la vie – avec ou sans V majuscule –… Bref, il faut dénoncer, et Contre la suite du monde, présenté à La Chapelle, n’érige jamais de moulin à vent sans lui donner la charge tout de suite après.

Hong Kong, Chili, Équateur, Algérie, Liban, Haïti… la planète se révolte, et l’état de la colère publique inquiète les Nations unies, qui affirment que si chaque série de manifestations est unique, un thème central ressort: celui des inégalités entre les gouvernés et la classe des gouvernants.

Le 4 août, le Cachemire a été coupé du reste du monde — téléphone et internet — par le gouvernement indien. Au début de juin, le gouvernement militaire du Soudan avait utilisé la même tactique lorsque des manifestations avaient commencé à prendre de l’ampleur dans la capitale. Or, la recherche tend à montrer que, loin de mettre le couvercle sur la marmite, cela peut empirer le problème.