Navigation : contagion

La pandémie a permis d’avoir un cours accéléré sur la notion de croissance exponentielle — par exemple, lorsque le nombre de cas de COVID double à quelques jours d’intervalle. Mais une décroissance peut, elle aussi, être exponentielle. Ce qui a des conséquences sur le temps pendant lequel nous aurons à vivre avec le virus, explique le Détecteur de rumeurs.

La montée des mouvements populistes transforme les systèmes politiques un peu partout dans le monde. Alors que l’appui envers ces mouvements « anti-élites » s’intensifie, plusieurs chercheurs tentent de savoir si le déclin économique et le renforcement des conflits entre les divers groupes jouent un rôle dans ce phénomène.

Lors de la première vague de la Covid, au printemps dernier, la plupart des pays ont imposé aux malades ou aux voyageurs revenant de l’étranger, un isolement complet de 14 jours, afin d’empêcher qu’ils propagent la maladie. Mais de plus en plus de critiques considèrent que cette exigence n’est pas nécessaire, et qu’elle pourrait même nuire au contrôle de la propagation. Le Détecteur de rumeurs a examiné la question.

Le confinement n’a-t-il « servi à rien », comme plusieurs protestataires le proclament haut et fort? S’il a certainement aidé à aplatir la courbe de propagation de la COVID, il reste délicat de mesurer l’effet exact de chaque mesure. Le Détecteur de rumeurs examine les questions qui restent en suspens.

Bien qu’il ait été déclaré éradiqué en 1980, le virus de la variole continue de susciter beaucoup d’attention. Ainsi, selon un article paru dans la revue Science, des chercheurs auraient résolu en partie le mystère de ses origines.

Pour les uns, Bill Gates a prédit la pandémie, ce qui prouve qu’il nous cache quelque chose. Pour les autres, personne n’aurait pu prévoir une crise sanitaire de cette ampleur. Le Détecteur de rumeurs explique pourquoi les deux affirmations sont fausses.

Depuis la mi-janvier, nombre de fausses nouvelles inventées de toutes pièces sur le coronavirus ont été abondamment relayées sur les réseaux. Mais des recherches scientifiques sérieuses peuvent elles aussi être abondamment partagées… même si elles sont erronées. Le Détecteur de rumeurs pointe trois exemples illustrant pourquoi il faut être prudent avant de tirer des conclusions.

La prochaine grande épidémie pourrait ne pas être seulement causée par un virus, ou par un manque de budget pour combattre ce virus, mais par les fausses nouvelles. « Le déluge d’informations contradictoires, de désinformation et de manipulation de l’information sur les réseaux sociaux, devrait être reconnu comme une menace de santé publique ».