Navigation : conflit

Quand la police l’a épinglé dimanche dans une rue de Kirkouk, dans le nord de l’Irak, l’adolescent semblait apeuré. En lui retirant sa chemise, les policiers ont découvert une bombe de deux kilos enroulée autour de son corps maigrelet.

Les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) se sont emparés ces dernières heures de la quasi totalité d’Hassaka, dans le nord-est de la Syrie, où ils ont infligé une sévère défaite aux forces progouvernementales, malgré les mises en garde d’une Turquie qui s’inquiète de leur progression à sa frontière.

Volkswagen a annoncé lundi qu’il était confronté à des retards de production dans plus de la moitié de ses usines en Allemagne en raison d’un conflit avec deux fournisseurs qui, selon des analystes, pourrait coûter plusieurs dizaines de millions d’euros au constructeur automobile allemand.

La Russie menait vendredi des
manoeuvres militaires impliquant des forces terrestres et
navales russes installées en Crimée, annexée en mars 2014 par la
Russie, dans un contexte de tension renouvelée entre Kiev et
Moscou.
L’armée russe opère ainsi un test grandeur nature des
troupes, environ 2.500 soldats, et des armements, environ 350
véhicules blindés, qu’elle a basés dans la péninsule prise à
l’Ukraine.
Vladimir Poutine a prévu de se rendre sur place dans la
journée pour présider un conseil de sécurité nationale. Le
président russe a accusé les autorités ukrainiennes d’avoir
récemment mené des tentatives de sabotage, dont il a promis
qu’elles ne resteraient pas sans réponse, en Crimée.
Le gouvernement ukrainien dément avoir tenté une quelconque
opération sur le territoire qui dépendait autrefois de sa
compétence.
Le ministère russe de la Défense a précisé dans un
communiqué jeudi soir que ces exercices avaient un caractère
principalement logistique en coopération avec les chemins de fer
et la marine marchande pour le déplacement de troupes, de
blindés et d’équipements techniques en Crimée.
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a assisté à
ces manoeuvres qui se déroulent également à partir du port russe
de Novorossisk, situé en face de la Crimée.
Une partie de la flotte russe de la mer Noire, comprenant un
sous-marin, un navire de débarquement, des démineurs et un
nombre non précisé de missiles de croisière guidés sont
impliqués dans ces exercices.
Choïgou a observé la manière dont les unités de logistique
et de soutien chargeaient des blindés et des troupes sur un
important navire de débarquement et réarmaient un démineur et un
sous-marin, précise le ministère russe de la Défense.
« L’entraînement a porté sur la manière de détruire des
saboteurs et de repousser une attaque sous-marine », ajoute le
communiqué ministériel.
« Sergueï Choïgou a hautement apprécié l’action des troupes
logistiques et le fait qu’elles étaient capables d’organiser
rapidement des mouvements d’une importante quantité de matériel
en Crimée ».
Les exercices, qui se déroulent dans plusieurs autres
endroits, ont débuté mardi et doivent s’achever samedi.
Les principales manoeuvres militaires russes prévues cette
année et baptisées Caucase 2016 doivent avoir lieu le mois
prochain et concerneront également la Crimée et la flotte de la
mer Noire.
Ces futurs entraînements doivent vérifier l’état de
préparation et de coordination entre les troupes aériennes,
terrestres et maritimes, avait indiqué un général russe en
janvier.

Des bombardiers russes, déployés sur une base aérienne en Iran, ont bombardé des positions de l’État islamique (EI) et des rebelles de l’ancien Front al Nosra à Alep, Idlib et Daïr az Zour en Syrie, a annoncé mardi le ministère russe de la Défense.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a réaffirmé lundi la nécessité de s’en tenir aux accords de Minsk entre la Russie et l’Ukraine en dépit du regain de tension en Crimée.