Navigation : cinema

Loin d’être le meilleur film de superhéros, Black Adam devrait cependant divertir les lecteurs assidus des comics de DC qui connaissent déjà le personnage de Teth Adam, et qui seront ravis de voir les membres de la Justice Society of America au grand écran pour la première fois.

Malheureusement, aucun des deux univers décrits par John Swab n’est suffisamment complet pour former un film à lui seul, et la combinaison des deux fait en sorte que lorsque le générique de Candy Land se met à défiler, on constate que les 90 minutes écoulées ont été agréables, certes, mais sans plus.

Tout n’est pas à jeter, dans cet Onion Glass, tant s’en faut. Mais on a l’impression que le résultat est un peu sans saveur, comme si on avait prévu tout un plan pour nous amener vers une éventuelle conclusion rocambolesque et surprenante, mais que l’on avait abandonné en cours de route.

Violent Night plaira aux amateurs de bonnes choses : la joie de se retrouver en famille, d’abord, puis le plaisir indicible de voir un méchant passer de vie à trépas en tombant sur un gigantesque stalagmite de glace.

Babylon est un fourre-tout immense qui n’en dépasse jamais le stade. Un projet inspirant constamment en train de s’égarer qui, s’il avait été mieux travaillé, aurait décidément pu créer l’événement, comme il semble convaincu de le faire.

Au lieu d’une grande oeuvre, The Saint est donc un film sympathique, avec des acteurs qui tirent bien leur épingle du jeu sans être fantastiques. Et il faut être honnête : ce long-métrage aurait certainement conservé sa place dans le palmarès des tires oubliables, mais pas oubliés, si ce n’était de cette fameuse fusion nucléaire.