Navigation : chanson

Le centre des arts de la scène Les Muses, une école qui offre une formation professionnelle en arts scéniques à des artistes vivant dans une situation de handicap, célèbre son vingtième anniversaire. Pour l’occasion, le spectacle Fête, petites écorchures et effets presque spéciaux était présenté les 24 et 25 octobre à la prestigieuse Cinquième Salle de la Place des Arts.

Le milieu culturel québécois se porte bien… du moins, lorsqu’il est question des revenus des ventes de billets pour les arts de la scène. Selon une note d’information publiée jeudi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), ces revenus ont bondi de 20% par rapport à 2015, pour atteindre 278 millions $. Un sommet depuis 2004.

Décrit comme un « opéra performance pour voix solo et bande électroacoustique », Yo soy la desintegración, œuvre de Pauline Vaillancourt, reçoit un second souffle 20 ans après sa création. Présenté dans l’intimité de la Cinquième Salle à la Place des Arts, on était en droit de s’attendre à un bouleversement en huis clos. Mais ce déchaînement a-t-il eu lieu?

Les vedettes de la chanson française ne l’ont pas facile au grand écran, puisqu’on trouve bien peu d’œuvres à la hauteur de leur carrière, alors que cette parenthèse sur Dalida devient rapidement d’un ennui assommant. Comme quoi, ce n’est pas tout le monde qui a envie d’oser quelque chose d’éclaté, comme le Gainsbourg de Joann Sfar.

Ian Kelly a habitué son public à des chansons à saveur acoustique, une mélodie de guitare sèche et une voix remplie d’émotion. Reprenez ces éléments, ajoutez-y des composantes électroniques remixées et vous avez le produit final qu’est Superfolk Remixes.

Il n’aura fallu que quelques mesures de la première pièce du disque pour que les émotions déferlent, emportant presque tout sur leur passage. Ce disque, c’est Landing, premier opus de la chanteuse BEYRIES, de son vrai nom Amélie Beyries, femme de 37 ans qui a entre autres tâté des relations publiques avant de se lancer en musique.

Il est toujours délicat de se prononcer sur des EP: ces mini-albums contiennent d’habitude une poignée de pièces à partir desquelles il est difficile de dresser un portrait critique complet. Plus complet, enfin, que ce qu’il est possible de tirer de quatre ou cinq chansons envoyées en hâte aux journalistes culturels.