Navigation : changements climatiques

Aucune étude scientifique n’a annoncé la disparition de l’espèce humaine à cause du réchauffement climatique. Mais en plus des coûts financiers entraînés par la perte de biodiversité, les feux de forêt ou les événements météorologiques extrêmes, il y aura inévitablement des pertes de vie.

Il faut se rappeler que lorsqu’on parle d’une augmentation de la température moyenne de notre planète de 1,5 degré depuis l’époque industrielle, au Groenland en revanche, l’augmentation est plutôt de 3 degrés.

Le directeur de l’information de Radio France juge que la COVID a joué un rôle d’accélérateur: la pandémie « a injecté de la science dans nos rédactions, un appétit, une nécessité et mis le doigt sur nos faiblesses. »

La Banque centrale de Norvège figure aussi dans la liste (8e place) à travers son Fonds souverain. Le gouvernement russe arrivait, en février 2021, en 13e place, au milieu de plusieurs autres banques et firmes d’investissement américaines.

Il faudrait attendre les années 1930 avant que l’ingénieur britannique Guy Callendar, analysant les données météorologiques des dernières décennies à travers le monde, ne devienne le premier à identifier une tendance généralisée à la hausse des températures.