Navigation : armes atomiques

À la une
0

Le coronavirus, plus inquiétant que le terrorisme

La pandémie aura évincé tous les membres du groupe armé État islamique, les pirates informatiques et les régimes armés de la bombe atomique: selon un plus récent coup de sonde du Pew Research Center, c’est bel et bien le coronavirus qui représente, selon les Américains, la menace la plus importante envers à l’échelle internationale.

À la une
0

Téhéran se retire entièrement de l’accord sur le nucléaire

L’appel au calme lancé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans la foulée de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, n’aura pas été entendu: le gouvernement iranien a annoncé dimanche qu’il ne se sentait plus lié par les dispositions de l’accord sur le nucléaire concernant le nombre maximal de centrifugeuses pouvant être utilisées dans le cadre de ses activités d’enrichissement d’uranium.

Vie tentaculaire
0

Groenland et ouragans: le président d’une autre époque

Acheter le Groenland et lancer des bombes nucléaires pour stopper les ouragans. Qu’ont en commun ces deux déclarations controversées de Trump? Un état des connaissances ancré dans le passé. Il fut un temps, il y a 50 à 100 ans, où ces idées auraient peut-être été prises en considération.

Asie
0

Ce qu’il faut savoir sur la dénucléarisation

Asseoir à la même table les États-Unis et la Corée du Nord, c’est une chose. Mais s’assurer qu’un pays ait mis fin à son programme de fabrication d’armes nucléaires, c’est une autre paire de manches…

À la une
0

L’Europe doit repenser ses liens stratégiques, croit la France

La nouvelle donne créée par la décision de Donald Trump de retirer son pays de l’accord sur le nucléaire iranien souligne le besoin pour l’Europe de renforcer son autonomie stratégique vis-à-vis des États-Unis, a déclaré jeudi Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères.

À la une
0

Washington imposera vendredi de nouvelles sanctions à Pyongyang

L’administration Trump prévoit annoncer vendredi ce qui est décrit comme la plus importante série de sanctions, jusqu’à maintenant, contre la Corée du Nord, afin d’augmenter la pression sur Pyongyang en lien avec ses tests missiliers et nucléaires, a fait savoir un haut responsable.

À la une
1

Rex Tillerson tend la main à la Corée du Nord, et attend toujours

L’offre surprenante de discussions diplomatiques sans conditions préalables faite à la Corée du Nord par le secrétaire d’État américain Rex Tillerson repose sur deux questions pour l’instant sans réponse: Pyongyang veut-elle négocier? Et le président Donald Trump appuie-t-il son chef de la diplomatie?