Navigation : apprentissage

Des chercheurs ont mis au point un appareil de calcul similaire à un cerveau qui est en mesure d’apprendre par association. À l’image de la façon dont le célèbre psychologue Ivan Pavlov a conditionné des chiens à associer le son d’une cloche avec de la nourriture, des scientifiques des universités Northwestern et de Hong Kong ont conditionné leur circuit à associer la lumière et la pression.

Une pandémie n’a pas que des impacts dans les hôpitaux ou sur la santé mentale. À des milliers de kilomètres, un confinement dans un pays riche peut signifier des emplois perdus dans des pays plus pauvres, des campagnes de lutte à des maladies comme la malaria ou la polio qui sont perturbées et jusqu’à des mariages forcés pour cause de pauvreté.

Les flottes de véhicules commerciaux qui circulent dans les grandes villes pourraient réduire leurs émissions de moitié et respecter plus aisément les cibles en matière de qualité de l’air à l’aide d’une nouvelle technologie développée par des chercheurs de l’Université Aston (Royaume-Uni), qui imite la façon dont les fourmis partagent des informations, et qui, à plus grande échelle, permet de s’attaquer à d’importants problèmes, comme l’optimisation des trajets dans les métropoles.

Malgré toutes les avancées permises par l’intelligence artificielle, de la reconnaissance vocale aux voitures autonomes, les systèmes d’IA consomment une grande quantité d’énergie et peuvent produire d’importants volumes d’émissions polluantes qui contribuent aux changements climatiques.

Une imprécision réglementaire concernant les réseaux québécois de garderies pourrait nuire à la francisation des nouveaux arrivants en évitant que les tout-petits ne se retrouvent dans un environnement francophone avant d’entrer à l’école primaire.

Le piratage pour apprendre la programmation aux enfants: voilà l’idée quelque peu étonnante derrière The Endless Mission, une série de jeux vidéo rassemblant des genres bien connus et qui offre la possibilité de créer non seulement ses propres niveaux, mais aussi de développer, ultimement, ses propres jeux.

Pour apprendre de nouvelles choses, nous devons parfois échouer. Mais quel est le bon niveau d’échec? Une nouvelle étude effectuée par l’Université de l’Arizona avance un modèle mathématique pour répondre à cette question.

En une fraction de seconde, un bloc coloré en forme de « L » tombe du haut de l’écran de l’ordinateur. En moins de temps encore, des doigts survolent une manette ou des touches de clavier, afin de faire pivoter la forme géométrique pour qu’elle tombe à l’endroit prévu, pour former une ligne, et ce de plus en plus vite. Vieux de plusieurs décennie, le jeu Tetris – et ceux qui y jouent de façon compétitive – sont devenus une zone d’expérimentation pour des chercheurs en sciences cognitives du Rensselaer Polytechnic Institute qui veulent découvrir comment les humains apprennent et gagnent en expertise.

Depuis 2001: l’Odyssée de l’espace, les gens se demandent s’il pourrait exister des machines comme HAL 9000, et qui pourrait traiter des informations à l’aide d’une intelligence similaire à celle d’un humain. Selon des chercheurs de l’Université d’État du Michigan, il y a encore un long chemin à parcourir, mais leur nouvelle étude, publiée dans The American Naturalist s’intéresse à la façon dont les ordinateurs pourraient « apprendre à apprendre » comme bien d’autres organismes, avec des conséquences en intelligence artificielle, entre autres domaines.