Navigation : amazon

Adapter une oeuvre à succès au petit ou au grand écran est toujours synonyme de danger. Après tout, qui n’a jamais craint que les versions cinématographiques d’Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux et tant d’autres univers particulièrement populaires soient au mieux passables, ou au pire, complètement ratées? Heureusement, en transposant l’excellente saga de science-fiction The Expanse, SyFy a relevé le défi avec brio.

Sus aux verrous numériques! La plateforme de distribution de jeux vidéo GOG s’unit à la boutique de musique en ligne Bandcamp et à d’autres acteurs de l’industrie culturelle pour lancer une offensive conjointe contre les DRM – digital rights management -, plaidant plutôt en faveur d’un monde libéré des verrous numériques apposés sur les produits culturels.

« Pour 15 euros par mois, on donne accès à 200 jeux. C’est honnête », se félicite Oscar Barda, directeur éditorial de Blacknut. Cette start-up rennaise a inauguré son service de jeu en streaming mi-janvier, et vise 300 000 utilisateurs en France d’ici à 2020.

C’est un fait, au Canada comme ailleurs, les grands noms de l’univers numérique, les Facebook, Google, Amazon, Apple et Microsoft de ce monde – GAFAM pour les intimes -, continuent de consolider leur importance et leur force en ligne. Selon la plus récente édition du Rapport sur les tendances du Fonds des médias du Canada, toutefois, les consommateurs sont de plus en plus à la recherche d’alternatives viables.

Amazon a annoncé jeudi qu’il recommencerait à vendre les appareils Apple TV et Google Chromecast, deux produits de diffusion de contenu vidéo en ligne que le géant du commerce électronique avait retiré de son site il y a deux ans, et qui font concurrence à ses propres produits de la gamme Fire TV.

Une rare dispute publique dans l’industrie des nouvelles technologies a pris de l’ampleur, mardi, lorsque Google a annoncé qu’il empêcherait l’utilisation de son application de visionnement de contenu vidéo YouTube sur deux appareils appartenant à Amazon, en plus de critiquer le géant du commerce en ligne, qui ne vend pas les produits Google.

Donna Paz Kaufman est habituée d’entendre les discours défaitistes et apocalyptiques à propos des librairies. « Chaque décennie, depuis que je suis dans cette industrie, quelqu’un a affirmé que les librairies allaient disparaître, et c’était à chaque fois pour une raison différente », affirme-t-elle. Depuis 1992, elle offre ses services de consultante et de formatrice aux propriétaires de librairies indépendantes pour les aider à se retrouver dans cette industrie en constante transformation.