Navigation : algorithme

Les plateformes numériques ont profondément transformé la façon dont nous consommons l’actualité. Il est souvent tenu pour acquis que l’utilisation des réseaux sociaux et des moteurs de recherche a eu un impact négatif sur la diversité des nouvelles auxquelles la population a accès. Cela est souvent attribué aux filtres algorithmiques utilisés par ces intermédiaires, qui n’affichent que les informations qui correspondent aux intérêts et préférences individuels. Une nouvelle étude prouve cependant que tel n’est pas le cas.

Des chercheurs de l’Université Caltech ont démontré que des algorithmes d’apprentissage machine peuvent surveiller des conversations sur les médias sociaux à mesure que celles-ci évoluent; cela pourrai un jour s’avérer être une façon efficace (et automatique) pour détecter les trolls en ligne.

Petr Plechac, un chercheur de l’Académie tchèque des sciences, à Prague, s’est servi de techniques liées à l’apprentissage machine pour identifier les sections de la pièce de théâtre Henry VIII qui ont été écrites par William Shakespeare, et celles qui ont été rédigées par John Fletcher. Les conclusions de ces travaux ont été mises en ligne sur le serveur de pré-impression arXiv.

Les craintes par rapport à la fraude électorale se sont multipliées chez nos voisins du sud, ces dernières années, particulièrement après que des responsables fédéraux américains eurent révélé que des pirates russes avaient tenté d’accéder aux listes électorales dans le cadre de la présidentielle de 2016. La technologie pourrait cependant venir en renfort pour protéger l’intégrité du processus démocratique.

Passionné des missions Apollo, il a lancé une campagne de sociofinancement pour compléter son projet de plusieurs années: photographier tous les artefacts de l’exploration lunaire. Les partisans de la Terre plate ont presque fait dérailler sa campagne, avec l’aide de Facebook.

Les outils informatiques qui promettent de détecter le plagiat sont-ils aussi efficaces qu’ils le prétendent? Pour une experte allemande qui les teste depuis 15 ans, c’est loin d’être sûr: les résultats sont « souvent difficiles à interpréter, difficiles à naviguer et parfois simplement faux ».