Navigation : aire libre

Alors que le premier volume de L’âge d’or se présentait comme un conte médiéval à saveur féministe, sa conclusion crée une agréable surprise en questionnant la légitimité du pouvoir, et en livrant un puissant message sur les inégalités sociales.

À l’image de certains films, il y a des bandes dessinées qui font du bien, et c’est le cas du Chanteur perdu, un album coup de cœur dans lequel Didier Tronchet nous entraîne sur les traces d’un musicien peu connu, dont les chansons l’ont accompagné durant plus de trois décennies.

En lui donnant des préoccupations sociales bien contemporaines, Roxanne Moreil et Cyril Pedrosa réinventent le conte médiéval avec L’âge d’or, une bande dessinée sublime dont chaque panneau constitue un pur régal pour les yeux.