Navigation : achats

La reprise de la « vie d’avant », oui, mais pas au détriment d’une certaine quiétude, semble-t-il. Selon un récent sondage publié par le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), les deux tiers des Québécois ayant répondu sont favorables à ce que les rues commerciales des villes d’ici soient piétonnes, plutôt que d’être largement offertes aux véhicules.

Le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté de 8,9% au troisième trimestre, soit la période allant de juin à septembre, signe d’une reprise économique naissante au Canada, dans la foulée de l’éclatement de la pandémie de COVID-19.

General Motors a annoncé cette semaine qu’il allait équiper ses voitures d‘une technologie embarquée de commerce électronique, permettant aux automobilistes de commander des repas, de trouver du carburant ou de réserver une chambre d’hôtel via des icônes installées sur le tableau de bord, au lieu de se servir de leur smartphone tout en conduisant.

Alors que l’heure est au cliquetis de la carte de crédit dans le lecteur magnétique et aux commandes passées en ligne en prévision du temps des Fêtes, un coup de sonde commandé par la Banque Manuvie révèle que si les Canadiens affirment avoir de bonnes connaissances en matière de gestion de dettes, ceux-ci ne réussissent pas à cesser d’écrire leur budget à l’encre rouge.

Acheter en ligne, oui, mais surtout, acheter à bas prix: une nouvelle étude commandée par le service de livraison UPS démontre que les consommateurs américains se tournent de plus en plus vers les détaillants internationaux pour obtenir des articles à bas prix sur internet, et ce, sans accorder une attention particulière à leur provenance.

Lorsque le gouvernement vend l’héritage culturel de son pays, hypothèque-t-il l’État? La vente du château Gevrey-Chambertin en Bourgogne, le contrôle de la paysannerie dans les Vosges et l’expropriation des agriculteurs dans les Landes soulèvent des interrogations sur la transformation de la France.