Navigation : accord de paris

S’il décide de quitter l’accord de Paris, Donald Trump devra attendre 2020 pour voir son projet se réaliser et pourra entre-temps perturber la mise en oeuvre du texte, sauf à préférer une sortie rapide qui risque de faire des « parias » des États-Unis, estiment mercredi des juristes spécialistes du sujet.

Les dirigeants des sept pays les plus industrialisés de la planète (G7) se sont retrouvés vendredi en Sicile pour un sommet qui, aux dires de participants, devrait donner lieu à de « vigoureuses » discussions sur le commerce et le climat.

La pétrolière Shell a fait l’objet de critiques à propos de ses engagements en matière de changements climatiques, certains actionnaires déplorant son rejet des cibles d’émissions qui placerait la compagnie dans la foulée de l’accord de Paris.

Afin d’avoir une bonne chance de respecter les limites établies par l’Accord de Paris sur le climat, il sera nécessaire de non seulement réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de conserver les puits de carbone, les émissions polluantes devant impérativement atteindre leur pic d’ici les 10 prochaines années, selon une nouvelle étude.

Sans un effort important pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, y compris en accélérant le déploiement de technologies visant à capturer et stocker sous terre le carbone se trouvant dans l’atmosphère, ainsi que la croissance soutenue des énergies renouvelables comme l’éolien et le solaire, la planète pourrait rater une cible essentielle en matière de température établie dans le cadre de l’Accord de Paris, ainsi que l’objectif à long terme de la fin de la pollution climatique.

John Kerry est arrivé à Marrakech avec pour mission de rassurer les représentants des quelque 200 pays participant à la COP22 inquiets de la promesse faite par Donald Trump à ses électeurs de sortir les États-Unis de l’accord sur la lutte contre les changements climatiques.

Les émissions mondiales de dioxyde carbone (CO2) sont restées à un niveau quasi identique pour la troisième année consécutive en 2016, grâce notamment à la réduction des émissions chinoises, montre une étude internationale publiée lundi par le Global Carbon Project à l’occasion de la COP22 à Marrakech.

Sur les dossiers scientifiques, on sait déjà que Donald Trump est climatosceptique et que les défenseurs de l’assurance-maladie d’Obama craignent pour sa survie. Quoi d’autre?