Navigation : Cinéma / Télévision

Quoi de mieux, pour se mettre dans l’esprit du temps des fêtes, qu’un film racontant la quête d’un homme mourant sur fond d’apocalypse? La pique est facile, certes, mais The Midnight Sky, une adaptation du roman du même nom de Lily Brooks-Dalton réalisé et mettant en vedette George Clooney, est un objet cinématographique si étrange qu’il est permis de s’interroger sur les motivations de Netflix, qui diffuse le long-métrage. D’autant plus que l’oeuvre a effectivement été lancée à la fin décembre.

Pandémie oblige, peu de gens ont osé s’aventurer dans les salles de cinéma cette année, mais si vous n’avez pas eu l’occasion de voir Tenet, le plus récent Christopher Nolan et l’un des rares films à avoir pris l’affiche en 2020, vous pouvez maintenant vous rattraper, grâce à sa sortie en 4K, Blu-ray et DVD.

Une maison sombre un peu trop grande pour une famille qui vient d’y emménager. Un mari dont le travail repose davantage sur l’esbrouffe que sur les véritables résultats. Et une ambiance glauque, presque oppressante, qui pourrait bien laisser présager de certains phénomènes surnaturels… The Nest semble avoir bien des choses en sa faveur. Et pourtant, le résultat est davantage décevant que surprenant.

Annoncée comme la quatrième et ultime saison de la populaire et encensée télésérie Faits divers, c’est dans un contexte singulier et fichtrement actuel qu’elle se dévoile à nous, du moins si l’on se fie aux trois premiers épisodes offerts aux médias. Un dernier tour de piste qui jouit encore des mots de Joanne Arseneau et du regard de Stéphane Lapointe.

Une femme sur le point de perdre la garde de son enfant. Une épopée routière de 36 heures. Le premier film d’un réalisateur qui deviendra plus que célèbre… The Sugarland Express retient cette semaine l’attention des passionnés de cinéma de Rembobinage, dans le cadre du 28e épisode du podcast.

À l’instar de plusieurs nouvelles de Philip K. Dick, la légende de Robert The Bruce, figure notable dans l’histoire trop peu connue de l’Écosse, semble être inadaptable au grand écran. De fait, les productions à son sujet se rendent rarement dans les salles sombres et c’est en DVD qu’on peut découvrir la plus récente version qui agit comme une suite involontairement volontaire au beaucoup plus mémorable et marquant Braveheart.

Un groupe de jeunes diplômés qui ont la vie devant eux. Une industrie de la finance prépandémie qui a le couteau entre les dents. Un milieu ultra compétitif qui fait ressortir le meilleur comme le pire. Et une télésérie qui jette un nouvel éclairage sur un monde que l’on connaît encore mal. Voici Industry.