Yesterday: un monde sans Fab Four

1

Pour la très grande majorité des mélomanes, il est impossible d’imaginer un monde sans les Beatles, mais c’est pourtant la prémisse de Yesterday, le plus récent film de Danny Boyle, disponible dès aujourd’hui en 4K, Blu-ray et DVD.

Revenant à vélo d’un festival où il s’est encore une fois produit devant une salle vide, Jack Malik, un chansonnier de Suffolk à qui le succès échappe, songe à abandonner la musique une fois pour toutes lorsqu’il est happé par un autobus, au même moment où survient une mystérieuse panne de courant mondiale d’à peine douze secondes. Dès son réveil à l’hôpital, le musicien constate avec stupeur qu’il est le seul à se rappeler de l’existence des Beatles. Même l’Internet ne contient aucune mention du légendaire groupe. Profitant de la situation, il s’appropriera les chansons du Fab Four, mais alors qu’il est confronté aux aléas de l’industrie et qu’il connaît, pour la toute première fois de sa vie, la popularité et l’adulation des foules, Jack aura de plus en plus en difficulté à vivre avec cette énorme supercherie.

La pochette du boîtier

De Trainspotting à Sunshine en passant par 28 Days Later ou Slumdog Millionnaire, Danny Boyle nous a donné des œuvres cinématographiques très différentes les unes des autres, mais il n’a jamais réalisé un seul long-métrage inintéressant, et c’est encore le cas ici. Sorte de lettre d’amour à l’immense apport culturel du Fab Four et à l’universalité de leurs chansons, Yesterday s’appuie avant tout sur une réalité alternative où les Beatles n’auraient jamais existé, mais puisque l’intrigue utilise la relation entre Jack et Ellie, son ancienne gérante, comme fil conducteur, on se trouve en présence d’un film qui, tout en étant beaucoup moins prévisible et en déjouant parfois les attentes des spectateurs, se révèle être une comédie romantique en bonne et due forme.

Yesterday est à son meilleur lorsqu’il confronte l’héritage des Beatles à l’industrie musicale moderne. Non seulement le studio responsable du disque de Jack Malik refuse tous les vrais titres, trouvant qu’il y a trop de mots dans Sergeant Pepper Lonely Hearts Club Band ou relevant une connotation raciste dans le White Album, mais on ira jusqu’à lui faire changer les paroles de la chanson « Hey Jude », qui deviendra « Hey Dude » pour la rendre « plus inclusive ». Bien que la cause derrière la panne d’électricité mondiale et l’avènement de cette réalité parallèle ne soit jamais expliquée, la disparition d’une foule d’icônes culturelles dans le sillage du Fab Four (le groupe Oasis, qui, sans leur influence, ne s’est jamais formé, le Coca-Cola ou les cigarettes) procure plusieurs moments cocasses à travers le film.

Image tirée du film

Contenant une bonne trentaine de succès du groupe, ce ne sont pas les versions originales que l’on peut entendre dans Yesterday, mais des réinterprétations, qui, tout en respectant fidèlement le matériel original, modernisent les arrangements. Dans ce contexte, on comprend facilement le choix d’Himesh Patel, un comédien peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique, pour le rôle de Jack Malik, puisqu’en plus de ses talents d’acteur, Patel possède aussi une très belle voix, et il livre des versions tout-à-fait acceptables des chansons que tous connaissent. Son interprétation enjouée de « Ob-La-Di, Ob-La-Da » m’a même fait apprécier un morceau qui m’avait toujours laissé indifférent. Soulignons la grande générosité d’Ed Sheeran, qui joue son propre rôle dans le long-métrage et dont le personnage est central à l’intrigue, ainsi que la présence de l’hilarante Kate McKinnon, absolument parfaite dans la peau de l’agente d’artiste cupide, mais un peu trop honnête.

Yesterday est disponible en version Combo Pack, incluant le film sur disques Blu-ray et DVD, et s’accompagnant d’un code pour télécharger une version numérique. On n’a pas lésiné sur le matériel supplémentaire, et en plus d’une ouverture et d’une fin alternative, de douze scènes inédites, d’un montage des décrochages les plus drôles survenus sur le plateau et d’une piste de commentaires Richard Curtis et de Danny Boyle, on trouve aussi une série de revuettes dédiées à Ed Sheeran ou à Kate McKinnon, à la collaboration entre l’auteur et le réalisateur, aux défis d’interpréter les chansons « live » devant la caméra, ou à l’enregistrement de trois des morceaux par Himesh Patel aux légendaires studios d’Abbey Road.

À la fois comédie romantique et hommage à l’héritage musical des Beatles, Yesterday est une œuvre originale et rafraîchissante de Danny Boyle, qui s’inscrit dans la lignée de son Slumdog Millionaire.

7.5/10

Yesterday

Réalisation : Danny Boyle

Scénario : Jack Barth et Richard Curtis

Avec : Himesh Patel, Lily James, Sophia Di Martino, Elise Chappell, Meera Syal, Kate McKinnon et Ed Sheeran

Durée : 116 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Official Secrets, dans l’ombre de la justice

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Yesterday - Patrick Robert

Répondre