Les études génétiques manquent dangereusement de diversité

Les connaissances en génétique continuent de s’accumuler à grande vitesse, mais il subsiste un obstacle de taille: le gros des études porte sur des populations nord-américaines ou européennes, ce qui laisse les bases de données avec un portrait très incomplet, non seulement de la répartition des maladies héréditaires, mais de la réponse aux traitements.