Les aînés, principales victimes des fausses nouvelles

Un petit pourcentage d’Américains, soit moins de 9%, a partagé des liens vers des sites de fausses nouvelles sur le réseau social Facebook pendant la campagne électorale présidentielle de 2016, mais ce comportement était disproportionnellement plus répandu chez les gens âgés de plus de 65 ans, révèle une nouvelle étude réalisée par des chercheurs du Social Media and Political Participation Lab de l’Université de New York (NYU) et de l’Université Princeton.