La patronne de Mozilla regrette le côté « addictif » du web

1

Les internautes sont attirés au sein d’une relation, avec le web, qui ressemble à celle de joueurs dépendants utilisant des machines à sous, a déclaré jeudi la patronne de la compagnie sans but lucratif Mozilla.

De passage au Web Summit de Lisbonne, au Portugal, Mitchell Baker a déclaré que « les utilisations les plus importantes, les plus grandes entreprises, les plus importants usages commerciaux, sont des systèmes intégrés qui ressemblent à des dépendances ».

« C’est décevant, cette pratique de « Venez sur mon site, restez-y, continuez de cliquer, continuez de partager cette information aussi vite que possible »… », a-t-elle ajouté.

« Cela ressemble beaucoup à une dépendance, cela ressemble fort au fait d’ajouter de l’argent dans une machine à sous », a dit Mme Baker, qui préside l’entreprise d’innovation technologique à code source libre.

« La facilité avec laquelle plusieurs d’entre nous peuvent se tourner vers la colère et la violence est décevant, et cela révèle quelque chose d’un peu triste à propos de l’humanité », a-t-elle ajouté.

Mozilla, qui développe le navigateur web Firefox, gagne de l’argent avec de la publicité, comme plusieurs autres compagnies numériques, et Mme Baker admet son inconfort face à cette façon de procéder.

De son côté, la chef de l’innovation ouverte chez Mozilla, Katharina Borchert, a confié à l’AFP que « la publicité est encore le modèle qui alimente la majeure partie du web, alors nous ne sommes pas opposés à la publicité ou à la monétisation du contenu ».

Elle a toutefois ajouté que « nous voulons trouver de meilleurs moyens de parvenir à un équilibre entre l’autonomie face aux données, la sécurité des utilisateurs et les capacités de monétisation ».

Firefox possède 5% du marché des navigateurs web, loin derrière les 60% de Chrome, le logiciel de Google, selon la firme d’analyse Statcounter.

L’entreprise tente toutefois de développer des fonctionnalités pour se démarquer de la concurrence.

Cela comprend une fonction bloquant le suivi effectué par des cookies et d’autres logiciels, qui plaira certainement aux internautes ulcérés de voir leurs habitudes numériques être constamment enregistrées par les géant du web à des fins publicitaires.


Autres contenus:

Archer C5400X: l’envahisseur venu du web

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Un commentaire

  1. Pingback: Bientôt chez vous, l’internet des oreilles?

Répondre