L’Allemagne lance le premier train à hydrogène du monde

0

L’Allemagne a dévoilé lundi le premier train alimenté par hydrogène de la planète, annonçant le début des démarches pour contrer les trains au diesel, particulièrement polluants, à l’aide de technologies plus onéreuses, mais aussi plus vertes.

Deux trains bleu pâle Coradia iLint, construits par l’entreprise française Alstom, qui fabrique entre autres les TGV, ont commencé à circuler sur un trajet de 100 kilomètres entre les villes de Cuxhaven, Bremerhaven, Bremervoerde et Buxtehude, dans le nord de l’Allemagne, un circuit habituellement empruntés par des trains au diesel.

« Le premier train à hydrogène de la planète est entré en service commercial et est prêt pour une production en série », a déclaré le PDG d’Alstom, Henri-Poupart-Lafarge, lors d’une cérémonie officielle à Bremervoerde, la gare où les trains feront le plein d’hydrogène.

Alstom a indiqué vouloir livrer 14 trains sans émissions polluantes supplémentaires à l’État de Basse-Saxe d’ici 2021, alors que d’autres régions allemandes ont elles aussi manifesté leur intérêt.

Les trains à hydrogène sont équipés de cellules énergétiques qui produisent de l’électricité via une combinaison d’hydrogène et d’oxygène, un processus qui ne produit que de la vapeur et de l’eau.

Le surplus d’énergie est stocké dans des piles à lithium-ion à bord du train.

Les trains Coradia iLint peuvent circuler sur environ 1000 kilomètres avec un seul plein d’hydrogène, à l’image de l’autonomie des trains au diesel.

Alstom fait le pari que cette technologie plus verte et plus silencieuse que le diesel saura séduire sur les lignes ferroviaires non-électrifiées, alors que de nombreuses villes allemandes cherchent à combattre la pollution de l’air.

« Oui, acheter un train à hydrogène est plus dispendieux qu’un train au diesel, mais il en coûte moins cher pour le faire fonctionner », a confié à l’AFP Stefan Schrank, gestionnaire de projet chez Alstom.

D’autres pays envisagent de faire le saut vers des trains à hydrogène, a ajouté Alstom, y compris le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, l’Italie et le Canada.

En France, le gouvernement a déjà indiqué qu’il voulait que son premier train à hydrogène circule d’ici 2022.


Autres contenus:

https://www.pieuvre.ca/2018/07/17/un-futur-sans-bornes-une-ville-peut-elle-vraiment-fonctionner-avec-du-transport-flottant/

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre