Pour trouver de la vie extraterrestre, cherchez du côté des lunes de Saturne

0

L’humanité pourrait n’avoir besoin de tourner le regard que vers son propre système solaire pour trouver de la vie extraterrestre, ont affirmé mardi des chercheurs examinant l’une des lunes de la géante gazeuse Saturne.

Dans des travaux publiés dans Nature Communications, ces scientifiques estiment que la lune glacée Encélade pourrait abriter les conditions de vie idéales pour des micro-organismes unicellulaires appelés archées, et que l’on trouve dans certains des environnements les plus extrêmes de notre planète.

Ainsi, des archées productrices de méthane appelées Methanothermococcus okinawensis ont largement réussi à se développer dans des conditions de laboratoire similaires à celles qui pourraient exister sur cette lune de Saturne, a fait savoir l’équipe de recherche.

Sur Terre, ce type d’archées se retrouve à très haute température, près des sources thermales sous-marines situées à grande profondeur, et convertissent du dioxyde de carbone et de l’hydrogène gazeux en du méthane.

Des traces de méthane ont déjà été détectées dans de la vapeur émergeant de failles à la surface d’Encélade.

« Nous concluons qu’une partie du méthane détecté dans les émanations d’Encélade pourrait, en principe, avoir été produit par des méthanogènes », écrivent les chercheurs allemands et autrichiens.

Ceux-ci ont aussi calculé qu’une quantité suffisante d’hydrogène pour permettre l’existence de tels microbes pourrait être produite par des processus géothermiques à l’oeuvre dans le coeur d’Encélade.

Les auteurs des travaux cherchaient à évaluer l’hypothèse voulant que les conditions sur la lune de Saturne pouvaient être favorables à l’existence d’archées méthanogènes.

Les données, uniquement obtenues à l’aide de travaux en laboratoire, démontrent que « cela pourrait être le cas ». Mais les résultats n’offrent « aucune preuve de possible vie extraterrestre », a souligné à l’AFP le coauteur de l’étude, Simon Rittmann, de l’Université de Vienne.

« Notre étude ne concerne que les micro-organismes. J’aimerais éviter toute spéculation sur de la vie intelligente », a-t-il ajouté.

Saturne est la sixième planète à partir du Soleil, et compte des dizaines de lunes.

De précédentes recherches démontrent qu’Encélade comporte un océan liquide sous sa surface glacée, un ingrédient essentiel à l’apparition de la vie.

On estime également que la lune contiendrait des composés organiques volatils comme le méthane, le dioxyde de carbone, et l’ammoniaque, et son pôle sud affiche des signes d’activité thermale – une série de caractéristiques qui en font une cible toute désignée pour la recherche de vie extraterrestre.

D’autres travaux sont nécessaires pour exclure la possibilité que le méthane d’Encélade puisse provenir de processus géochimiques, et non biologiques, précisent les auteurs.


En complément:

Des extraterrestres? Bof…

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre