Division chez les conservateurs britanniques après le discours de Theresa May

0

Les divisions traversant le Parti conservateur britannique sont apparues au grand jour vendredi, les alliés de Theresa May l’appelant à se maintenir tandis qu’un ex-dirigeant conservateur exhortait à renouveler la direction du parti. 

L’allocution prononcée par Theresa May mercredi en clôture du congrès du Parti conservateur à Manchester a tourné au fiasco, au point de mettre en péril sa position à la tête du gouvernement britannique après le revers cuisant enregistré aux législatives.

Un comédien est venu perturber son intervention en lui tendant un faux formulaire de licenciement prétendument « signé » par Boris Johnson, puis des quintes de toux l’ont contrainte à s’interrompre pendant plusieurs minutes.

May va rester à la tête du gouvernement britannique car elle estime qu’il est de son devoir de continuer, a assuré jeudi son premier secrétaire d’État, Damian Green.

« Je sais qu’elle plus déterminée que jamais à faire le travail, elle y voit son devoir et elle va continuer et va faire un succès de ce gouvernement », a-t-il déclaré à la BBC.

Dans le Telegraph, la ministre de l’Intérieur Amber Rudd déclare pour sa part vendredi que la sortie de Royaume-Uni de l’Union européenne se fera sous l’égide de May: « Theresa May va rester première ministre et accomplir le travail », dit-elle. « Elle doit rester », écrit la ministre. Le discours de la première ministre était parfois difficile à regarder, reconnaît-elle, mais la dirigeante a géré les interruptions avec courage et élégance.

Le message est différent du côté de l’ancien président du Parti conservateur Grant Shapps. Il estime que May doit remettre en jeu sa position à la tête des Tories, et dit n’être pas le seul dans ce cas.

« Je pense qu’elle devrait convoquer une élection pour la direction du parti », a-t-il déclaré vendredi à la station BBC Radio 5. « C’est écrit », a-t-il estimé, une opinion partagée selon lui par 30 autres députés, dont cinq anciens ministres. Pour qu’un vote soit déclenché, le président du comité du Parti doit être sollicité par un minimum de 48 députés. May n’est pas apparue en public jeudi, au lendemain de son discours mouvementé.

Le Sun, l’un des tabloïds britanniques les plus lus, rapportait vendredi qu’une tentative de renverser la dirigeante avait d’ores et déjà échoué, faute d’un nombre suffisant de députés frondeurs.

Si Theresa May conserve son poste cela tiendra d’abord à l’absence d’un successeur évident, capable de rassembler les conservateurs autour d’une stratégie pour le Brexit et ensuite à la crainte que de nouvelles élections offre une victoire aux travaillistes de Jeremy Corbyn, en pleine renaissance.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre