En campagne, Merkel est chahutée par l’extrême-droite

0

Angela Merkel a été sifflée et huée par des partisans du parti xénophobe Alternative pour l’Allemagne (AfD) lundi lors d’un meeting de campagne pour les élections législatives du mois prochain. 

Un groupe d’une centaine de partisans de l’AfD s’en est pris à la chancelière allemande, qui était de retour de trois semaines de vacances, pendant toute la durée de son discours qui avait lieu sur une place de marché à Gelnhausen, à une quarantaine de kilomètres de Francfort.

« AfD », « Merkel doit partir », ont scandé les manifestants. La chef du gouvernement, qui veut convaincre les électeurs de lui accorder un quatrième mandat de quatre ans, s’est exprimée sur des thèmes très divers, allant de la sécurité au dieselgate en passant par les réfugiés et son bilan en matière d’emploi. Elle a indiqué que, depuis son arrivée au pouvoir il y a douze ans, le chômage avait été divisé par deux .

Elle n’a pas ignoré les manifestants, soulignant que la démocratie permettait l’expression du mécontentement, tout en ajoutant: « Parfois, écouter un peu n’est pas une mauvaise chose. »

Les derniers sondages donnent les chrétiens-démocrates (CDU) d’Angela Merkel et ses alliés bavarois de la CSU en tête des intentions de vote pour le scrutin du 14 septembre, mais sans pour autant en mesure d’atteindre la majorité absolue. Ils devront donc à nouveau, s’ils l’emportent, former un gouvernement de coalition.

Créditée de 7 à 9% des intentions de vote, l’AfD devrait faire son entrée au Bundestag, la chambre basse du Parlement.

En remerciant les bénévoles et les professionnels qui ont appuyé sa décision controversée d’accueillir près de 900 000 migrants et réfugiés en Allemagne en 2015, Merkel s’est attirée huées mais aussi applaudissements de ses partisans. « Naturellement, nous ne pouvons permettre qu’une année comme 2015 se reproduise chaque année », a déclaré la chancelière. L’Allemagne, a-t-elle dit, doit en faire davantage et s’attaquer aux causes de l’immigration, notamment en encourageant le développement en Afrique.

Angela Merkel a aussi insisté sur l’importance de l’Union européenne en cette période de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

« Quand je vois que nous avons beaucoup de choses qui nous sont très chères – liberté de religion, liberté d’opinion, liberté de mouvement, démocratie, respect des valeurs humaines – alors il est clair que l’Europe nous rend plus forts que si nous étions tout seul », a-t-elle déclaré.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre