Une amende de 2,42 milliards d’euros pour Google

0

Le géant du web Google a reçu une amende de 2,42 milliards d’euros de la part de la Commission européenne, après que celle-ci eut jugé que l’entreprise avait abusé de son pouvoir en faisant la promotion de son propre service de comparaison d’achats au-dessus des résultats de recherche.

Comme l’écrit la BBC, il s’agit là de la plus importante pénalité financière, jusqu’à maintenant, contre une compagnie accusée de manipuler le marché. Le jugement oblige également Google à mettre fin à ses pratiques anti-concurentielles d’ici 90 jours, ou de risquer une autre amende. De son côté, l’entreprise a indiqué qu’elle pourrait aller en appel.

Cependant, si Google ne modifie pas la façon dont fonctionne son service de magasinage à l’intérieur des trois mois alloués, elle pourrait être forcée d’effectuer des versements de l’ordre de 5% des profits mondiaux quotidiens de sa compagnie-mère, Alphabet.

La commission a fait savoir qu’elle s’en remettait à l’entreprise fautive pour déterminer les changements qui devraient être apportés au service de magasinage, plutôt que de spécifier les modifications nécessaires. « Ce que Google a fait est illégal en vertu des règles antitrust de l’Union européenne », a déclaré Margrethe Vestager, la commissaire à la concurrence de l’UE. « On a empêché les autres compagnies de faire concurrence de façon juste et d’innover; de façon plus importante encore, Google a privé les consommateurs européens des avantages de la concurrence, d’un véritable choix et de l’innovation. »

Mme Vestager a ajouté que cette décision pourrait maintenant établir un précédent qui détermine la façon dont elle traitera des plaintes à propos de l’importance accordée par Google à ses propres cartes, ses résultats de recherche de billets d’avion et ses annuaires au sein de ses engins de recherche.

Google a précédemment laissé entendre qu’Amazon et eBay avait davantage d’influence sur les habitudes de consommation du public, et a réitéré qu’elle n’acceptait pas les allégations à son encontre. « Lorsque vous magasinez en ligne, vous voulez trouver les produits que vous cherchez rapidement et facilement », a déclaré un porte-parole, en réponse au jugement. « Les annonceurs veulent promouvoir ces mêmes produits. Voilà pourquoi Google affiche des publicités de magasinage, en liant nos utilisateurs à des milliers de publicitaires, petits et grands, de manière utile pour tous. »

« Nous sommes respectueusement en désaccord avec les conclusions annoncées. Nous étudierons la décision de la Commission en détail et nous évaluerons la pertinence d’un appel. »

 

 

Croissance rapide

Google Shopping affiche des images et des prix de produits liés aux noms des magasins où ils sont disponibles, ainsi que les cotes des acheteurs, si elles sont disponibles.

Les détails de ces produits sont présentés comme étant « commandités », reflétant le fait que, contrairement aux résultats de recherche ordinaires, ils ne comprennent que des items pour l’affiche desquels ont payé les annonceurs.

Sur les téléphones intelligents, cette section domine habituellement le contenu « au-dessus du pli », ce qui signifie que les internautes pourraient ne pas voir de liens traditionnels s’ils ne font pas défiler la page vers le bas.

Google bénéficie également du fait que les publicités du service Shopping sont plus visuelles que les annonces textuelles. Une récente étude a d’ailleurs laissé entendre que les comptes Shopping représentaient 74% de toutes les pubs à saveur commerciale sur lesquelles les internautes ont cliqué au sein des résultats de recherche sur Google. Cependant, la BBC a appris que les données internes de Google font état d’une proportion moindre.

Sept ans d’enquête

La Commission européenne enquête sur Google Shopping depuis la fin de 2010. Cette démarche a entre autres été déclenchée suite à des plaintes de Microsoft. Ce rival du secteur technologique a choisi de ne pas commenter le jugement, après que les deux entreprises eurent conclu, l’an dernier, un accord visant à éviter de tels affrontements devant les tribunaux.

 

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre