La Chine épingle des employés d’Apple vendant des informations personnelles

0

Les autorités chinoises ont annoncé avoir découverte une importante opération illégale menée par des employées du géant technologique Apple qui vendaient les données personnelles se trouvant sur les ordinateurs et les téléphones des clients.

Le Financial Post de Hong Kong écrit que 22 personnes ont été arrêtées sous suspicion d’avoir violé la vie privée de personnes privées et d’avoir illégalement obtenu leurs informations numériques personnelles, selon une déclaration transmise mercredi par la police locale de la province de Zhejiang, dans le sud du pays.

Des 22 suspects épinglés, 20 étaient des employés d’Apple qui auraient supposément utilisé le système informatique interne de l’entreprise pour obtenir des noms d’utilisateurs, des numéros de téléphone, des identifiants Apple et d’autres données, qu’ils ont ensuite revendu dans le cadre d’un système de fraude évalué à plus de 50 millions de yuans, soit près de 10 millions de dollars canadiens.

Le communiqué des autorités ne précise pas si ces données appartenaient à des clients chinois ou à des consommateurs étrangers.

À la suite de plusieurs mois d’enquête, poursuit la déclaration, les policiers de plus de quatre provinces – Guangdong, Jiangsu, Zhejiang et Fujian – ont arrêté les suspects au cours de la fin de semaine dernière, s’emparant de leurs « outils criminels » et démantelant leur réseau informatique.

Ces suspects, qui travaillaient en marketing direct et en sous-traitance pour Apple en Chine, auraient apparemment exigé entre deux et 30 dollars canadiens pour des données faisant partie des informations extraites illégalement.

La vente d’informations personnelles est une chose fréquente en Chine, qui a mis en place, le 1er juin, une nouvelle loi controversée en matière de cybersécurité, loi qui vise à protéger les réseaux nationaux et les informations personnelles des utilisateurs.

En décembre dernier, une enquête menée par le quotidien Southern Metropolis Daily a mis au jour un marché noir pour les données personnelles extraites des bases de données de la police et du gouvernement.

Les journalistes ont réussi à obtenir une grande quantité d’informations sur un de leurs collègues, y compris son historique de voyage en avion, ses nuitées à l’hôtel et les propriétés à son nom – le tout en échange d’un paiement d’environ 120 dollars canadiens.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre