Shell rejette les cibles climatiques à 94%

0

La pétrolière Shell a fait l’objet de critiques à propos de ses engagements en matière de changements climatiques, certains actionnaires déplorant son rejet des cibles d’émissions qui placerait la compagnie dans la foulée de l’accord de Paris.

Selon ce que rapporte The Independent, les actionnaires présents lors de la rencontre générale de l’entreprise tenue à La Haye, aux Pays-Bas, ont passé des heures à questionner les membres du conseil d’administration, qui ont affirmé que bien que la compagnie soutenait l’accord de Paris, établir des cibles pour Shell elle-même « n’était pas dans le meilleur intérêt » de l’entreprise.

Cependant, lors d’un vote, près de 94% des actionnaires ont rejeté l’idée d’établir et d’adhérer à des cibles de réduction.

Le président Ben van Beurden martèle toutefois que Shell accomplissait des progrès dans la diminution de ses émissions. Il ajoute également que le fait d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris, qui visent à limiter le réchauffement mondial sous deux degrés Celsius par rapport aux niveaux pré-industriels, nécessiteraient une coordination plus vaste, y compris un soutien actif de la part du gouvernement.

Selon lui, « bien que nous soyons une grande compagnie, nous sommes petits lorsque vient le temps de nous comparer à l’ensemble de l’écosystème énergétique. Nous n’aurons pas une transition plus rapide (vers les énergies vertes si nous adoptons des cibles) ».

« La seule chose que nous verrons, si nous adoptons effectivement la résolution – est que nos concurrents en tireront profit, et cela pourrait en fait avoir un impact négatif sur les émissions de gaz à effet de serre. »

L’actionnaire Mark van Baal, à la tête des démarches qui visaient à forcer Shell à établir et publier des cibles de réduction de GES correspondant à l’accord de Paris, a déclaré que « dans la résolution, nous avons donné à l’entreprise l’entière flexibilité sur façon d’établir ces cibles, alors si l’une de ses cibles est de remplacer un volume X de charbon par un volume X de gaz naturel, cela pourrait s’inscrire facilement au sein des objectifs – tant et aussi longtemps qu’ils correspondent à l’accord de Paris. Shell est vraiment la compagnie la plus innovante dans le secteur… mais apparemment, nous avons davantage confiance en Shell que Shell n’en a en elle-même. »

Mais les recommandations du conseil d’administration en vue de rejeter la proposition ont été appuyées par 93,85% des actionnaires. Seuls 256 millions de votes, ou 6,15%, ont été placés en faveur de l’initiative, bien que 222 voix ont été rejetées.

Matt Crossman, responsable de l’engagement chez Rathbone Greenbank Investments, indique que « personne ne veut placer Shell dans une position désavantageuse ».

« Cependant, en raison de l’ampleur du défi que devra surmonter la société, nous pressions les pétrolières et les gazières à en faire davantage pour démontrer leur volonté de réduire les émissions associées à l’utilisation de leurs produits. »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre