Des drones et des téléphones pour surveiller des espèces menacées

0
Des spécialistes de la protection environnementale ont développé un outil informatique interactif appelé ConservationFIT pouvant « lire » les images numériques de traces de pas d’animaux prises à partir de téléphones intelligents, de caméras ou de drones, et correctement identifier l’espèce, le sexe et l’âge de l’animal en question, et même faire correspondre des traces à un animal en particulier.
Des chercheurs de l’Université Duke et de SAS ont développé ce logiciel pour aider les scientifiques à surveiller et cartographier les espèces les plus discrètes et les plus menacées de la planète. Quiconque trouvant des traces d’animaux peut mettre des images en ligne, même si l’identité de l’espèce en question n’est pas claire. Le système a été mis en ligne lundi pour célébrer la Journée internationale de la diversité biologique.
« L’attrait de ConservationFIT est qu’il s’agit d’un outil sophistiqué présenté dans un format facile d’utilisation », mentionne Zoe Jewell, première associée de recherche chez SAS et membre de la faculté à la Nicholas School of the Environment de l’Université Duke. « Vous n’avez qu’à prendre des photos numériques des traces d’animaux, les mettre en ligne grâce à notre protocole web, et vos images sont téléchargées à des fins d’analyse, d’identification et d’ajout à notre base de données cartographique. »
« Le fait de posséder des données fiables sur le nombre de représentants de différentes espèces et leur répartition est essentiel pour la protéger de la faune, mais ce n’est pas facile à recueillir, particulièrement lorsqu’il est question d’espèces peu répandues et risquant de disparaître », explique Mme Jewell. « Détecter les traces de ces animaux est beaucoup plus simple que de localiser les animaux eux-mêmes. ConservationFIT nous permet de rejoindre des millions de personnes à travers le monde, des gens qui utilisent des téléphones intelligents ou qui font voler des drones, pour nous aider à recueillir les données. »
Les chercheurs peuvent utiliser les informations découlant des images pour estimer le nombre de représentants des espèces, évaluer leurs mouvements et leurs activités, et cartographier leur distribution géographique.
Quant aux membres du public, ils peuvent accéder aux images et aux informations à propos d’une espèce, et comparer les images et les données qu’ils ont téléversées à celles des autres.
De son côté, l’équipe de ConservationFIT se concentrera sur l’identification et la cartographie de trois espèces menacées de félins: les jaguars dans les Amériques, les léopards des neiges en Asie, et les guépards en Afrique et au Moyen-Orient. D’autres espèces et emplacements seront ajoutés au site web de ConservationFIT dans le futur.
Jusqu’à maintenant, le système a été testé avec succès sur le terrain avec plusieurs espèces, y compris des lions africains, des pumas, des guépards, des léopards des neiges, des tigres, des pandas géants, des tapirs, des loups rouges et des coyotes.
Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre