Des secousses dans le centre de l’Italie font un mort

0

Pieuvre.ca

Quatre puissants séismes, d’une magnitude égale ou supérieure à 5,2, se sont produits mercredi matin dans la province de L’Aquila et ont été ressentis à Rome comme dans tout le centre de l’Italie, ravivant le souvenir du tremblement de terre du 24 août dernier, qui avait fait 300 morts.

Les quatre secousses, dans les environs d’Amatrice à une centaine de kilomètres au nord-est de Rome, ont eu lieu en l’espace de quatre heures. Mais les trois plus fortes, elles, se sont produites en l’espace d’une heure seulement. Une bonne partie du secteur concerné avait déjà été abandonnée après le séisme du mois d’août.

Le Latium, la Marche et les Abruzzes font face à de fortes chutes de neige actuellement, et un homme de 82 ans est mort dans l’effondrement du toit d’un bâtiment agricole, fragilisé par le poids de la neige et par le séisme, ont fait savoir les pompiers.

D’autres bâtiments, abandonnés, se sont effondrés, mais l’on ne déplore aucun autre mort ni aucun blessé grave, a ajouté le porte-parole des pompiers. Une femme et son bébé ont été retirés des décombres, souffrant d’hypothermie, dans la petite ville de Castiglione Messer Raimondo.

L’armée va être appelée en renfort pour atteindre les localités isolées par les chutes de neige qui se sont abattues sur certaines parties du centre de l’Italie, a déclaré le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni.

Les trois premières secousses, les plus fortes (mesurant 5,3, 5,7 et 5,6), se sont produites entre 10h25 (09h25 GMT) et 11h25 (10h25 GMT). La dernière a été mesurée à 5,2, selon le centre américain de veille géologique (USGS).

L’Institut national de géophysique et vulcanologie (INGV) a expliqué que ces secousses étaient liées au même système de failles ayant provoqué le séisme du 24 août, qui a fait plus de 230 morts dans la seule localité d’Amatrice.

Protéger Rome

« Toutes les dispositions sont en cours pour vérifier d’éventuels dommages aux personnes ou aux biens », a déclaré la Protection civile. « Même les téléphones portables ne fonctionnent pas. Dans certaines zones, la neige atteint deux mètres », a dit à la chaîne Sky Tg24 le maire d’Arquata, un village déjà touché le 24 août.

À Rome, les bâtiments ont tremblé et le métro a été fermé pendant plusieurs heures. Les écoliers ont été renvoyés chez eux et les musées ont demandé à leurs visiteurs de quitter les lieux.

Pour Gianluca Valsensise, sismologue à l’Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV), le risque d’un nouveau séisme de même magnitude, dans la même région, demeure élevé.

Les différentes secousses de mercredi auraient pu se traduire par un seul tremblement de terre de magnitude 6 ou plus, selon Valsensise. « L’écorce terrestre a, pour une raison ou une autre, choisi de se morceler ».

En tout, on a dénombré 10 secousses de plus de 4,0 dans un rayon de dix kilomètres autour d’Amatrice, et des dizaines d’autres de moindre magnitude ont été enregistrées. Le clocher de l’église Saint-Augustin, fortement endommagé en août, s’est effondré mercredi.

Non loin de là, à Assise, la basilique Sainte-Marie des Anges a été fermée pour la journée, à titre de précaution.

Depuis le séisme du 24 août, on a dénombré plus de 45 000 répliques dans la région, dont une de magnitude 6,6 en octobre, qui était le séisme le plus puissant en Italie depuis celui de 1980.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre