La couverture de glace à son plus bas de tous les temps

0

Pieuvre.ca

Il s’agit d’un nouveau moment difficile. La surface de notre planète couverte par les glaces flottantes n’a jamais été aussi réduite depuis le début de la surveillance par satellite, dans les années 1970. Cela signifie, écrit The New Scientist, qu’il s’agit probablement, aussi, de la couche de glace la plus réduite depuis des milliers d’années.

Les plus récentes observations du US National Snow & Ice Data Center à Boulder, au Colorado, démontrent à quel point la couche de glace a atteint un nouveau seuil inférieur cette année. Dans l’Arctique, la diminution de la surface glacée résulte à la fois du réchauffement climatique et d’événements météorologiques inhabituels probablement influencés par ces mêmes changements climatiques.

Mais dans l’Antarctique, l’actuelle couche réduite de glace pourrait n’être dûe qu’à des variances naturelles.

L’étendue de la couche de glace arctique devrait augmenter rapidement pendant l’hiver dans l’hémisphère nord. Mais non seulement l’Arctique a été soumis à un réchauffement rapide, mais les incursions répétées d’air chaud, cet hiver, ont fait grimper le mercure bien plus haut.

Il a fait si chaud, en fait, qu’à certaines occasions, cette hiver, cette couverture de glace a diminué temporairement.

Pendant ce temps, en Antarctique, la couche de glace a diminué plus rapidement qu’à l’habitude pendant l’été austral. Cette couche de glace autour de l’Antarctique devrait diminuer à long terme alors que le réchauffement climatique se poursuit, mais le déclin en question n’a pas encore débuté. En fait, la couche de glace hivernale en Antarctique a augmenté depuis le début des observations, en 1979.

En raison de baisses simultanées aux deux pôles, la couche totale de glace océanique sur la planète a chuté à un seuil record. Les reconstructions de précédents niveaux de glace océanique dans l’Arctique laissent entendre qu’il s’agit probablement du plus bas niveau depuis des milliers d’années, affirme le météorologue Eric Holthaus.

Les niveaux de glace dans l’Arctique pourraient augmenter de nouveau au cours des prochaines années, avant de reculer. Le climatologue Ed Hawkins, de l’Université de Reading, en Grande-Bretagne, établit un lien entre le déclin à long terme de la couche de glace océanique dans l’Arctique à une balle rebondissant le long d’une pente. La tendance générale est baissière, mais les fortes chutes sont souvent suivies de rebonds apparents.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre