Conflit larvé entre l’État polonais et les journalistes

0

Pieuvre.ca

Les projets de limitation de l’accès au Parlement pour les journalistes en Pologne ont suscité vendredi les protestations de la presse privée et de l’opposition, qui se disent inquiètes pour la liberté de la presse.

Selon les nouvelles règles proposée par le bureau de la Diète, la chambre basse du Parlement polonais, le nombre de chaînes de télévision autorisées à enregistrer les séances au Parlement sera limité à cinq. Le nombre de journalistes accrédités sera limité à deux par organe de presse.

Ces nouvelles règles relatives à l’accès des médias doivent entrer en vigueur en 2017. Le bureau de la Diète affirme que ces mesures sont « inspirées » par les règles concernant la presse au Parlement européen et dans les autres pays.

Les intéressés ne semblent pas de cet avis. « D’abord, cette restriction ne touche pas les journalistes, mais le droit des citoyens à être pleinement informés de ce que font au Parlement les gens élus par eux », lit-on dans une déclaration signée par les principaux organes de presse indépendants du pays.

Depuis son retour au pouvoir fin 2015, le parti Droit et justice (PiS, conservateur eurosceptique) de Jaroslaw Kaczynski a renforcé son contrôle sur la presse publique, sur le parquet judiciaire et pris des mesures pour affaiblir la plus haute instance judiciaire du pays.

Selon un document publié sur le site internet de la Diète, 300 accréditation permanentes et 200 temporaires ont été délivrées cette année. Quand la Diète est en session, 300 autorisations sont accordées chaque jour. Ce qui fait qu’au total, 800 journalistes peuvent se trouver en même temps dans le bâtiment.

« Les changements vont non seulement accroître la sécurité et le professionnalisme des journalistes et des politiques, mais amélioreront aussi l’image de la Diète et du Sénat », explique le document.

Le plan est aussi critiqué par l’opposition.

« Le Parlement polonais a été très ouvert aux journalistes pendant 27 ans (depuis les premières élections démocratiques). Il a aidé au développement de la démocratie en Pologne, il a servi à poser des questions difficiles. Désormais, il n’y aura qu’un seul message. Ce n’est pas bon pour l’opinion publique », a déclaré le président du Parti paysan polonais (PSL), Wladyslaw Kosiniak-Kamysz, à la station de radio Polskie Radio 24.

Le médiateur polonais, Adam Bodnar, a déclaré sur la chaîne de télévision TVN24, première chaîne d’information polonaise, que l’accès au Parlement était inscrit dans la Constitution du pays.

« Le rôle des journalistes n’est pas seulement de suivre des écrans d’ordinateurs mais aussi de saisir l’occasion de discuter avec les politiques et de vérifier en temps réel ce qui se passe », a fait valoir Adam Bodnar.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre