En Allemagne, le parti de Merkel se prépare à une élection « difficile »

0

Pieuvre.ca

La chancelière allemande Angela Merkel tentera mardi de resserrer les rangs des chrétiens démocrates lors du congrès de la CDU, à l’approche de l’élection fédérale de septembre qu’elle prévoit « difficile comme aucune autre ».

Candidate à un quatrième mandat, Angela Merkel devra unir les conservateurs derrière elle lors de ce congrès qui se tiendra mardi et mercredi à Essen, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

La défaite dimanche du président du Conseil italien, Matteo Renzi, comme en France la décision de François Hollande de ne pas briguer un second mandat, renforcent sa stature de chef d’État la plus expérimentée d’Europe et de pilier de stabilité.

Mais la chancelière fait face au mécontentement d’une part des électeurs inquiétés par l’afflux d’un million de migrants dans le pays en 2015, qui profite au parti d’extrême-droite de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD).

« Nous savons que notre monde est en train de changer. Ça a toujours été le cas. Quiconque promet de pouvoir l’arrêter n’est pas honnête », a dit le secrétaire général de la CDU, Peter Tauber. « Ce que nous promettons, c’est d’infléchir ce changement dans une bonne direction pour notre pays ». Le parti débattra mardi d’une résolution intitulée: « S’orienter en des temps difficiles – pour une Allemagne et une Europe prospères ».

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, la pression de la Russie sur les partenaires de l’OTAN, mais aussi les difficultés économiques des pays du Sud de l’Europe sont susceptibles de figurer sous cet intitulé.

« Mode combat »

La conférence se tiendra à Essen, un ancien bastion industriel où le chômage atteint le double de la moyenne nationale, à 11,6%.

Essen est aussi la ville où Angela Merkel a été élue pour la première fois présidente de la CDU en 2000. Sa réélection à ce poste lors du congrès fait peu de doute, malgré des dissensions internes.

Après 11 années à la chancellerie fédérale, désormais âgée de 62 ans, Angela Merkel entend faire de son retour à Essen le lancement de la campagne contre l’AfD, tout en continuant à attirer l’électorat du centre.

Depuis l’annonce le mois dernier de sa candidature à un quatrième mandat, les conservateurs ont vu leur popularité progresser. Un sondage de l’institut Emnid publié dimanche attribue à la CDU et à son allié bavarois de l’Union chrétienne-sociale (CSU) 37% de soutiens, en hausse de deux points.

Le parti social-démocrate (SPD) allié de coalition d’Angela Merkel, enregistre lui 22% de soutiens, laissant envisager sa réélection en septembre.

Mais l’éventualité d’une entrée au Parlement national de l’AfD reste bien réelle et la formation d’une coalition pourrait s’avérer difficile. Après l’annonce de sa candidature, les sociaux-démocrates ont notamment jugé la chancelière allemande à court d’idées. « À Essen, il faut que nous passions en mode combat », estime un responsable de la CDU.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre