L’ouragan Matthew longe la Floride, près de 500 morts en Haïti

0

Pieuvre.ca

L’ouragan Matthew longeait les côtes de la Floride vendredi avec son cortège de vents violents et de pluies torrentielles, après avoir auparavant balayé les Bahamas et tué au moins 482 personnes dans les Caraïbes, principalement en Haïti.

Le centre de l’ouragan, le premier à frapper directement les États-Unis depuis près de 10 ans, était situé vers 12h00 GMT à environ 55 km à l’est de Cap Canaveral et se déplaçait toujours en direction du nord-ouest avec des rafales de vent atteignant 195 km/h.

Quelque 600 000 foyers sont privés d’électricité en Floride mais il n’y a pas de victime à déplorer pour le moment, a déclaré le gouverneur de l’État, Rick Scott, pendant une conférence de presse.

Dans la base de lancement spatial de Cap Canaveral, où des lignes électriques et des panneaux publicitaires ont été jetés à terre, les 116 employés encore présents ont trouvé refuge dans des abris souterrains.

« C’est la première fois que nous sommes ainsi menacés d’être directement frappés », a déclaré le porte-parole de la NASA, George Diller, dans un communiqué envoyé par email. Aucun dégât majeur n’a été signalé à West Palm Beach et dans les villes du sud de la Floride qui ont subi les premières les effets de l’ouragan, rapportent les médias américains.

Craig Fugate, directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA), a cependant mis en garde les habitants situés plus au Nord contre un faux sentiment de sécurité, soulignant que l’ouragan pourrait devenir beaucoup plus dévastateur s’il se rapproche de la côte en soulevant une vague de plusieurs mètres de haut.

« Le vrai danger, c’est l’onde de tempête, particulièrement dans le nord de la Floride et dans le sud de la Géorgie. Ce sont des zones très vulnérables qui n’ont pas été exposées à un tel risque depuis la fin du 19e siècle », a-t-il déclaré à la chaîne NBC.

Selon Craig Fugate, peu d’habitants de ces régions sont réellement préparés à la violence de Matthew et s’il est trop tard pour certains, ceux qui peuvent encore se mettre à l’abri devraient le faire. « C’est une situation très dangereuse », a-t-il insisté.

Le gouverneur de Floride a prévenu qu’il y avait un grand risque d’inondations dans la région de Jacksonville, dans le nord-est de l’État.

Rick Scott a indiqué sur NBC que 22 000 personnes avaient trouvé refuge dans des abris et appelé le million et demi d’habitants de la zone côtière à se mettre à l’abri. Le service de météorologie nationale estime que Matthew pourrait être la tempête la plus violente à s’abattre sur le nord-est de la Floride en 118 ans.

D’après les estimations du Centre national américain des ouragans (NHC), Matthew pourrait toucher terre vendredi soir ou au contraire poursuivre sa course vers le Nord en longeant les côtes de Géorgie et de Caroline du Sud.

Le NHC, qui a mis en garde contre un « impact potentiellement désastreux », dit s’attendre à un affaiblissement progressif de l’ouragan au cours des prochaines 48 heures. Mais il souligne que la tempête demeure classée au troisième des cinq degrés de l’échelle de classification Saffir-Simpson.

État d’urgence

D’après les météorologues, le danger principal de Matthew tient à sa trajectoire le long la côte qui lui permet de se renforcer régulièrement alors qu’un ouragan perd habituellement très vite de sa puissance quand il touche terre.

« S’il continue à longer la côte pendant un jour et demi, le coût (des dégâts) va être très élevé », prévient David Nolan, professeur au département des sciences atmosphériques de l’université de Miami.

Le NHC a parallèlement indiqué que la tempête Nicole, en formation dans l’Atlantique, avait été requalifiée en ouragan de catégorie deux, évoluant à 545 kilomètres au sud des Bermudes, avec des vents atteignant des pics de 165 km/h.

En Floride, en Géorgie, en Caroline du Sud et en Caroline du Nord, les stations-service et les magasins ont été pris d’assaut dès jeudi et de longues files de voitures se sont formées sur les routes, des populations entières quittant les zones côtières pour se mettre à l’abri.

L’état d’urgence a été décrété dans ces quatre États, ce qui permet aux gouverneurs de mobiliser la Garde nationale. Nikki Haley, la gouverneure de Caroline du Sud, a ordonné l’évacuation de plus d’un million d’habitants.

Barack Obama a en outre décrété l’état d’urgence fédérale en Floride et en Caroline du Sud, une décision qui permet au département fédéral de la Sécurité intérieure et à la FEMA de coordonner les opérations de secours. Des moyens fédéraux ont également été mis en place pour la Georgie.

Des centaines de vols ont été annulés et les parcs de loisirs d’Orlando, dans le centre de la Floride, comme Walt Disney World, Universal Studios Florida et SeaWorld, ne devraient pas rouvrir avant samedi, selon leurs sites internet. Les écoles de la région sont également restées fermées.

Des sinistrés par centaines de milliers

Aux Bahamas, Matthew est passé à une quarantaine de kilomètres de la capitale Nassau, abattant des arbres et arrachant des tuiles de certains toits, sans toutefois causer de dégâts importants. Il avait auparavant semé la destruction en Haïti, dont les habitants peinent à se relever du tremblement de terre de 2010 qui a fait 200 000 morts.

Le dernier bilan établi par Reuters à partir des chiffres fournis par les équipes de la protection civile est de 478 morts et des milliers de personnes ont été déplacées, le vent et la pluie ayant détruit des habitations, arraché des toitures et inondé des quartiers entiers.

Dans le département haïtien du Sud, qui compte 700 000 habitants, 80% des habitations ont été endommagées et 11 000 personnes ont trouvé refuge dans des abris de fortune, a déclaré un membre de l’administration lors d’une réunion avec des représentants de l’ONU.

« Plusieurs dizaines » de personnes ont péri dans la ville côtière de Les Anglais, a déclaré Louis Paul Raphaël, le représentant du gouvernement central dans la région.

Le gouvernement évalue à 350 000 le nombre de sinistrés ayant besoin d’une aide immédiate, selon un porte-parole de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies. La France a annoncé vendredi la mobilisation de « tous les moyens disponibles » pour aider Haïti.

« Le plus urgent est maintenant de fournir de l’eau potable à la population et de prévenir les risques sanitaires », souligne l’Elysée dans un communiqué.

« Un avion sera affrété pour transporter 60 militaires de la sécurité civile, ainsi que 32 tonnes de matériel, dont deux stations de purification de l’eau, des kits médicaux, du matériel humanitaire de première urgence », précise le texte. L’élection présidentielle prévue dimanche à Haïti, qui avait déjà été reportée une première fois, a été à nouveau repoussée. La date n’a pas encore été fixée.

 

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre