Moscou suspend un accord de non-prolifératrion nucléaire

0

Pieuvre.ca

Vladimir Poutine a signé lundi un décret suspendant un accord signé en 2000 et amendé en 2010 avec les États-Unis sur la limitation des stocks de plutonium utilisables pour la confection d’armes nucléaires.

La suspension de cet accord, dit PMDA (Plutonium Management and Disposition Agreement), est justifiée par « l’émergence d’une menace sur la stabilité stratégique, résultat d’initiatives inamicales de la part des Etats-Unis d’Amérique à l’égard de la Fédération de Russie », indique le décret en préambule.

L’accord de 2010, signé par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et par la secrétaire d’État Hillary Clinton, prévoyait que chaque camp devait éliminer 34 tonnes de son stock de plutonium en les utilisant dans ses réacteurs nucléaires.

Hillary Clinton avait fait valoir à l’époque que les quantités disponibles étaient suffisantes pour équiper 17 000 armes nucléaires.

Russie et Etats-Unis avaient alors considéré que cet accord marquait une amélioration de la coopération bilatérale entre les deux adversaires de la Guerre froide afin de lutter contre la prolifération d’armes de destruction massive.

« La Russie applique unilatéralement cet accord depuis trop longtemps », a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en commentant le décret signé par Vladimir Poutine lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Si l’on prend en compte les tensions (dans les relations russo-américaines) en général… la Russie considère que la situation actuelle ne peut plus durer », a-t-il ajouté.

La décision du Kremlin s’inscrit dans un processus de dégradation progressive des relations entre Moscou et Washington depuis l’annexion de la Crimée par l’armée russe en 2014.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre