Rosetta termine sa mission en s’écrasant sur une comète

0

Pieuvre.ca

La sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne (ESA) a complété sa mission autour de la comète 67P en s’écrasant sur la surface de l’objet stellaire formé de glace et de roche.

Le centre de contrôle de mission de Darmstadt, en Allemagne, a été en mesure de confirmer que l’impact avait bel et bien eu lieu lorsque le contact radio avec le vaisseau spatial vieillissant a été soudainement perdu, écrit la BBC.

Les experts croient que la sonde a ainsi été trop endommagée pour continuer à fonctionner.

Dans les heures précédant la collision planifiée, Rosetta a envoyé une série de photos en haute résolution et d’autres mesures prises de la relique de la formation du système solaire.

« Je peux annoncer le succès intégral de cette descente historique de Rosetta vers la comète 67P », a déclaré Patrick Martin, responsable de mission à l’ESA. « Adieu, Rosetta; tu as accompli le travail nécessaire. C’était de l’exploration spatiale à son meilleur. »

Les chercheurs s’attendent à ce que les données recueillies autour et sur la comète au cours des deux dernières années les occupent pendant les décennies à venir. La perte du signal, lorsqu’elle est survenue, a été accueillie par des cris étouffés et des poignées de mains – rien de très surprenant en raison du côté quelque peu amer de l’événement.

Certains des scientifiques assistant à l’événement à Darmstadt avaient consacré la majeure partie des 30 dernières années sur ce projet. « Les gens sont très tristes, aujourd’hui, mais je crois qu’ils comprennent vraiment à quel point nous sommes fiers et à quel point ils devraient être fiers que nous ayons réussi à accomplir cette mission », a mentionné le principal conseiller scientifique de l’ESA, Mark McCaughrean.

Au cours de la matinée de vendredi, l’équipe responsable des instruments scientifiques a suivi toutes les étapes alors que la sonde effectuait ses dernières observations et déterminait son lieu d’atterrissage sur la tête de la comète large de 4 kilomètres en forme de canard.

Les experts voulaient que la sonde jette un oeil, pendant sa descente, dans l’un des nombreux puits qui constellent la surface de 67P. Ces trous dans la comète sont souvent les endroits d’où sont éjectés des gaz et de la poussière. Mais ils représentent également une opportunité pour observer l’intérieur de l’objet spatial, d’apercevoir les blocs de glace qui pourraient s’être regroupés pour former la comète, il y a plusieurs milliards d’années.

Certaines des images renvoyées sur Terre ont été prises quelques secondes seulement avant la collision.

La comète 67P s’éloigne actuellement du soleil, ce qui limite l’énergie solaire disponible pour que Rosetta puisse opérer ses systèmes. Plutôt que de placer la sonde en hibernation, ou de simplement la laisser tomber inactive, l’équipe responsable de la mission a déterminé que l’engin spatial devrait tenter de terminer son existence avec un coup d’éclat.

Pour Matt Taylor, un scientifique de l’ESA, même si Rosetta avait été placée en hibernation avec l’intention de la réveiller lorsque 67P reviendrait dans la partie intérieure du système solaire, rien ne garantissait que cela fonctionnerait.

« C’est comme l’un de ces groupes rock des années 1960; nous ne voulons pas d’une tournée souvenir ratée. Nous aimerions plutôt quitter avec un bang« , a-t-il dit.

Rosetta est arrivée autour de la comète 67P en août 2014, après un voyage de 10 ans à partir de la Terre. Pendant la période passée autour de l’objet rocheux, le robot a dévoilé son fonctionnement, sa structure et sa composition chimique.

Rosetta a même largué un petit robot appelé Philae à la surface de la comète, en novembre 2014, pour recueillir des informations supplémentaires, une première dans l’histoire de l’exploration spatiale.

Au dire de l’ESA, la mission fut un succès retentissant et transformera notre compréhension des gigantesques boules de pierres et de glace qui errent entre les planètes.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre