UE: l’expulsion de la Hongrie exigée

0

Pieuvre.ca

La Hongrie devrait être exclue de l’Union européenne du fait de sa politique migratoire et de la mise en place d’une clôture frontalière, déclare le chef de la diplomatie luxembourgeoise dans une interview que publie mardi le journal allemand Die Welt.

« Nous ne pouvons pas accepter que les valeurs fondamentales de l’Union européenne soient si gravement foulées aux pieds », estime Jean Asselborn.

Ces propos d’un ton inhabituellement vif contre le gouvernement de Viktor Orban paraissent à trois jours du sommet européen prévu vendredi à Bratislava.

À Riga où il se trouvait en visite, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a dit ne pas partager le point de vue de son collègue luxembourgois. « Je peux comprendre, en voyant la Hongrie, que certains en Europe s’impatientent(…). Cependant, ma démarche n’est pas de montrer la porte à un État membre », a dit Steinmeier.

« Quiconque, comme la Hongrie, érige des barrières contre les réfugiés de guerre ou entrave la liberté de la presse et l’indépendance du système judiciaire, devrait être temporairement, ou si nécessaire de manière permanente, exclu de l’UE », avait estimé Asselborn.

Viktor Orban a à plusieurs reprises provoqué l’agacement de ses partenaires européens par ses déclarations sévères sur les réfugiés. Le Premier ministre hongrois a également ordonné l’an passé la construction d’une barrière à la frontière sud du pays coupant la route empruntée par les migrants pour rejoindre l’Europe du Nord, en particulier l’Allemagne.

Orban a également appelé les Hongrois à participer le mois prochain à un référendum pour refuser le système de répartition des migrants par quotas entre les différents États membres de l’Union européenne.

L’UE ne pourrait pas tolérer un tel comportement et une exclusion serait « la seule possibilité pour préserver l’intégrité et les valeurs » du bloc communautaire, a ajouté Asselborn.

Selon lui, il serait utile de modifier la procédure d’exclusion d’un pays sans avoir à recourir à une décision unanime.

« La barrière que la Hongrie a construite pour exclure les réfugiés est de plus en plus longue, haute et dangereuse. La Hongrie n’est pas très loin de donner ordre de tirer sur les réfugiés », a jugé le ministre luxembourgeois.

En réponse, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a déclaré à l’agence de presse officielle MTI que seuls les Hongrois avaient le droit de décider avec qui ils souhaitaient vivre, un droit que ni les bureaucrates de Bruxelles ni le chef de la diplomatie luxembourgeoise ne pouvaient leur retirer.

Il a également jugé étrange que Jean Asselborn, qui vient du pays de « l’optimisation fiscale », et un autre Luxembourgeois, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, parlent de partage de fardeau.

« Nous comprenons toutefois ce que cela signifie: la Hongrie doit assumer les conséquences des erreurs des autres », a poursuivi Peter Szijjarto.

« Nous savons que Jean Asselborn n’est pas à prendre au sérieux. Il est condescendant, suffisant et frustré. »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre