La propagande sur commande du Netflix nord-coréen

0

Pieuvre.ca

Quelques jours avant que le despote nord-coréen Kim Jong-un ne procède au lancement réussi d’un missile balistique qui, affirme-t-il, pourrait frapper des régions du territoire américain, son régime a dévoilé un nouveau triomphe technologique: un service de contenu vidéo sur demande à la Netflix, rapporte le New York Times.

Appelé Manbang, le service en question fournit des émissions et des films aux appareils de télévision des privilégiés du pays via un récepteur, annonçait la semaine dernière la Télévision centrale coréenne.

Dans le segment mis en ligne sur YouTube, une narratrice explique que Manbang est une nouvelle preuve de la « puissance culturelle socialiste » de la Corée du Nord, qui permettra aux habitants de la dictature hégémonique de regarder leur pays « faire un grand pas en avant à chaque heure, chaque jour ».

À peine une poignée des quelque 25 millions d’habitants du pays ont accès au véritable web. Le contenu pouvant être écouté est largement limité à des émissions produites par l’État et des films de propagande.

Toujours selon la capsule vidéo, en plus de bulletins de nouvelles et de mises à jour sur les activités quotidiennes de M. Kim, Manbang offre aussi des cours d’anglais et de russe.

Manbang « améliore la vie culturelle du peuple en leur permettant d’écouter ce qu’ils veulent, quand ils le veulent », mentionne dans la vidéo un homme identifié comme étant Ju Dae-hyun, un responsable des télécommunications à Sinuiju, une ville située près de la frontière chinoise.

Et pour Kim Kum-hee, une éducatrice en garderie de Sariwon, le service sur demande de Manbang a résolu les problèmes des enfants exigeant d’écouter leurs films favoris pendant de longues périodes. « Maintenant, ils sont collés devant la télévision pendant des heures », dit-elle.

L’idéologie nord-coréenne, appelée Juche, s’appuie sur le concept d’indépendance totale. Dans cette optique, le pays a également affirmé avoir développé son propre système d’exploitation, Red Star, qui semble imiter le logiciel Mac OS X d’Apple.

Au dire du site web North Korea Tech, qui s’intéresse aux développements technologiques du régime, Pyongyang disposerait aussi de ses tablettes numériques, y compris Samjiyon, qui tournerait sous Android, un système d’exploitation développé à la base par Google.

Les Nord-Coréens se tournent vers des appareils électroniques passés en contrebande pour écouter le contenu médiatique produit à l’étranger, laissent entendre divers médias. Le gouvernement tente entre autres de mettre fin à l’utilisation illégale de Notetels, de petits lecteurs média de fabrication chinoise qui peuvent faire jouer des DVD ou des clés USB introduits en douce au pays, a déjà mentionné Radio Free Asia.

Netflix, qui a entamé une expansion mondiale agressive plus tôt cette année, a pris note de l’apparition de son plus récent concurrent. Jeudi, son compte Twitter américain décrivait l’entreprise comme « une copie de Manbang ».

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre