En route vers des pertes de 70 millions $ US, Ghostbusters dit adieu aux suites

1

Pieuvre.ca

Immédiatement après la sortie en salles de Ghostbusters, à la mi-juillet, les principaux dirigeants de Sony ont déclaré qu’une suite à la relance 100 % féminine, sous la direction de Paul Feig, du classique de 1984 réalisé par Ivan Reitman allait de soi. « Bien que rien n’ait été encore officiellement annoncé, il n’y a aucun doute dans mon esprit que cela se produira », a affirmé Rory Bruer, président de la distribution mondiale chez Sony.

Selon ce qu’écrit le Hollywood Reporter, il s’agissait de la dernière mention d’une suite. En date du 7 août, Ghostbusters a récolté un peu moins de 180 millions $ US à l’échelle mondiale, y compris 117 millions $ US en sol américain. Le film n’est pas encore sorti dans quelques marchés, y compris en France, au Japon et au Mexique, mais des experts du box-office disent que le long-métrage aura de la difficulté à atteindre la barre des 225 millions $ US malgré un important budget de production évalué à 144 millions $ US, en plus d’un effort substantiel en matière de marketing. Le studio a fait savoir que le budget ne commencerait à s’écrire à l’encre noire qu’à partir de 300 millions $ US.

Sony n’est pas le seul studio à souffrir d’un rejet des suites par le public, cet été. Mais le grand manitou derrière le film, Tim Rothman, et son équipe, en plus du partenaire Village Roadshow, entretenaient de grands espoirs pour le lancement d’un « univers » Ghostbusters. Ils se préparent plutôt à encaisser de lourdes pertes (70 millions $ US et plus), et envisagent un sombre avenir pour la franchise.

Sony refuse de commenter à savoir si l’idée d’une suite flotte désormais dans les limbes, mais, dans une déclaration peut-être révélatrice, un représentant a fait savoir que le studio envisageait activement un film d’animation se déroulant dans l’univers de Ghostbusters et prévu pour une sortie en 2019, en plus d’une série d’animation télévisée, Ghostbusters: Ecto Force, qui se retrouverait sur les écrans au début de 2018. Les deux projets sont gérés par M. Reitman, qui est solidement réinstallé à la tête de l’empire Ghostbusters via Ghost Corps, une filiale détenant le mandat de développer la marque sur diverses plateformes.

« Nous sommes très fiers du film audacieux réalisé par Paul Feig, qui a été apprécié des critiques et des cinéastes », a confié un représentant du studio au Hollywood Reporter. « Le film a redonné du mordant à une marque établie depuis 30 ans et permis de la réintégrer dans le contexte contemporain. Pour la suite, nous avons plusieurs idées en développement pour exploiter davantage l’univers Ghostbusters. »

M. Feig, de son côté, n’a pas précisé s’il reviendrait travailler avec l’équipe. Les quatre vedettes du film, Melissa McCarthy, Kristen Wiig, Leslie Jones et Kate McKinnon aurait signé pour deux suites potentielles, et auraient au départ affirmé qu’elles étaient partantes pour ce faire. Mais maintenant? « Ghostbusters est sur la glace jusqu’à nouvel ordre », lâche l’analyste du box-office Jeff Bock. « Je ne peux pas imaginer que les artistes derrière l’oeuvre puissent en sortir un autre alors que l’accueil du premier a été si négatif. »

Sony conteste l’évaluation des pertes possibles, et insiste sur les revenus provenant des produits dérivés et des activités connexes telles qu’une nouvelle exposition au musée de cire Madame Tussauds, en plus d’un manège thématique à Dubaï comme autant de moyens d’éviter quelque déficit que ce soit. Le studio souligne également que le nombre de gens louant le film de 1984 avait bondi au cours de l’été.

« Le calcul des pertes est franchement erroné », martèle le représentant de chez Sony. « Avec plusieurs sources de revenus, y compris les produits dérivés, les jeux, les lieux de divertissement, la sortie internationale qui se poursuit, et les importants partenariats promotionnels qui réduisent les coûts, le résultat final n’est certainement pas près de ce nombre. »

 

 

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Un commentaire

  1. Avatar
    Alexandre Bissonnette le

    Ce film était correct, le sexisme frappe encore, on sait tous que ce remake ne remplace pas l’original, son but était de divertir les nostalgique que nous sommes et il était réussi, mais les gens monte vite aux barricades quand ce sont les femmes qui sauve le monde dans un film qui ne s’adresse pas aux fillettes, moi perso j’espère voir un vrai ghostbuster 3, mais c’est pas vrai que ce reboot était si pire

Répondre