Le premier « maître mondial » de Pokémon Go s’attend à plus

0

Pieuvre.ca

Nick Johnson, qui affirme avoir été la première personne à capturer l’ensemble des 145 créatures disponibles dans le jeu pour téléphone intelligent Pokémon Go, dit ne pas être prêt à reposer son appareil pour l’instant, et s’attend à de nouvelles fonctionnalités.

Selon ce qu’écrit Reuters, l’homme de 28 ans, originaire de Brooklyn et employé par une firme technologique, et qui se décrit lui-même comme le « premier maître mondial de Pokémon Go » sur son compte Twitter, a annoncé la semaine dernière qu’il avait complété sa quête après avoir sillonné la planète pour « gagner » au jeu.

« Je vais définitivement continuer à y jouer. Une poignée de Pokémon légendaires n’ont pas encore été mis en ligne, et j’attends ce moment avec impatience », a confié M. Johnson lors d’une entrevue effectuée lundi à partir de Tokyo.

« J’espère qu’ils ajouteront certaines des fonctionnalités les plus demandées, comme les combats entre joueurs et davantage d’interactions directes avec les autres participants. C’est encore une très bonne idée pour fréquenter ses amis et aller jouer dehors, et c’est encore une bonne excuse pour faire de l’exercice, alors je conserverai ce rythme d’activité. »

Le jeu a vu sa popularité exploser après son lancement, le mois dernier, les joueurs se précipitant en masse dans les rues pour capturer les personnages colorés. Développé par Niantic et The Pokémon Company, qui appartient en bonne partie à la branche japonaise de Nintendo, le titre combine une franchise établie depuis 20 ans avec le concept de réalité augmentée.

« Pour moi, le succès de Pokémon Go est un indicateur du fait qu’aujourd’hui, les jeux vidéo sont partout, estime M. Johnson. Tout le monde a un téléphone intelligent, alors l’idée que les jeux sont réservées à un petit groupe, comme cela fut le cas pendant plusieurs décennies, n’est définitivement plus vrai. »

En plus des certains types de Pokémons que l’on retrouve partout, certains sont exclusifs à diverses régions. M. Johnson, qui conseille aux autres joueurs de maximiser l’aspect social du jeu et de créer des réseaux réels et virtuels pour trouver les créatures plus rares, a attrapé son dernier Pokémon régional à Sydney.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre