L’économie américaine reprend du poil de la bête en juillet

0

Pieuvre.ca

Les créations d’emplois aux États-Unis ont été nettement supérieures aux attentes au mois de juillet et le salaire horaire moyen a augmenté plus que prévu, des données qui suggèrent une accélération de la croissance économique du pays et qui augmentent la probabilité d’une hausse des taux d’intérêt cette année.

Le département du Travail a recensé 255 000 créations de postes le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 180 000.

Les chiffres de juin et de mai ont en outre été révisés en hausse, à respectivement 292.000 et 24 000 contre 287 000 et 11 000 précédemment.

Le taux de chômage est resté à 4,9% en juillet du fait d’une hausse du nombre de personnes entrant sur le marché du travail. Le consensus était d’un taux de chômage à 4,8%.

Le salaire horaire moyen a progressé de 0,3% en juillet après +0,1% en juin et un consensus de +0,2%. Sur un an, sa progression sur un an ressort à 2,6%, comme en juin.

« Ces données confortent le sentiment que l’économie s’améliore malgré les données du PIB du deuxième trimestre (…) cela augmente la probablité d’une hausse des taux de la Réserve fédérale à court terme », a estimé Aaron Kohl, chargé de la stratégie taux chez BMO Marchés des capitaux.

Peu avant l’ouverture de Wall Street, les futures sur indices suggèrent une ouverture en hausse de quelque 0,5% de la place new-yorkaise.

Sur le marché des changes, le dollar progressait de plus de 0,5% face à un panier de devises internationales, le billet vert étant porté par la remise au goût du jour de l’hypothèse d’un tour de vis monétaire imminent.

De leur côté, le prix des emprunts du Trésor américain à 10 ans perdait plus de 0,3%, les obligations souveraines étant souvent délaissées par les investisseurs en cas de publication de données macro-économiques meilleures que prévu.

Le déficit se creuse

Par ailleurs, Le déficit commercial américain s’est creusé davantage qu’attendu en juin, une hausse de la demande intérieure et la remontée des cours du pétrole ayant augmenté la facture des importations tandis que la vigueur du dollar a continué de peser sur la croissance des exportations.

Selon des statistiques publiées vendredi par le département du Commerce, la balance commerciale affiche un déficit en hausse de 8,7% à 44,5 milliards de dollars US en juin, soit le niveau le plus important depuis août 2015.

Le déficit commercial du mois a été revisé à 41,0 milliards de dollars US contre 41,1 milliards en première estimation. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un déficit de 43,1 milliards de dollars américains en juin.

Ajusté de l’inflation, le déficit a atteint 64,7 milliards de dollars US en juin après 60,9 milliards $ US en mai.

Lors de sa première estimation du produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre, de +1,2% en rythme annualisé, le gouvernement fédéral avait dit que le commerce extérieur avait contribué à hauteur de 0,2 point de pourcentage à la croissance.

En juin, les exportations de biens ont augmenté de 0,3% à 183,2 milliards $ US. Les importations ont de leur côté progressé de 1,9% à 227,7 milliards $ US.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre