Pour l’unité des démocrates, Sanders appuie finalement Clinton

0

Pieuvre.ca

Le démocrate Bernie Sanders a appuyé son ancienne rivale Hillary Clinton comme candidate à la présidentielle lors d’un grand événement placé sous le signe de l’unité partisane, mardi, en affirmant qu’il était essentiel que les démocrates se rassemblent sous une seule bannière pour vaincre le candidat républicain Donald Trump lors du scrutin du 8 novembre.

« Elle sera la candidate démocrate pour la présidentielle, et j’entends faire tout ce qui est nécessaire pour être certain qu’elle soit la prochaine présidente des États-Unis », a déclaré M. Sanders à une foule enthousiaste qui comprenait plusieurs partisans de « Bernie ».

Cinq semaines après que Mme Clinton eut arraché la nomination démocratique, le sénateur du Vermont a mis fin à sa campagne de contestation et s’est rallié à l’ex-secrétaire d’État lors d’un meeting politique à Portsmouth, au New Hampshire, afin de mettre leur âcre bataille des primaires derrière eux.

« Je suis venu ici pour rendre aussi claires que possible les raisons pour lesquelles j’appuie Hillary Clinton et pourquoi elle doit devenir notre prochaine présidente », a déclaré M. Sanders.

L’appui de ce dernier a permis de ramener l’aile gauche plus progressive du parti dans le camp de Mme Clinton à moins de deux semaines de l’ouverture de la convention démocrate prévue à Philadelphie, où Mme Clinton devrait être couronnée candidate.

De son côté, Mme Clinton espère que cet événement conjoint l’aidera à conquérir le coeur des partisans de M. Sanders, dont certains brandissaient des pancartes de leur candidat lors du meeting et enterraient fréquemment ses propres partisans avec leurs cris. Lors d’un récent sondage Reuters/Ipsos, seuls 40 % des partisans de M. Sanders ont indiqué qu’ils appuieraient Mme Clinton, et la foule présente lors de l’événement a clairement indiqué que celle-ci avait encore du pain sur la planche.

« Je suis absolument certaine que je ne votera pas pour Hillary Clinton », a lancé Gale Bailey, une partisane de M. Sanders, qui a assisté à l’événement vêtue d’un t-shirt du sénateur « socialiste ».

« Elle est pourrie, et je ne voterai pas pour quelqu’un de pourri », crache-t-elle, avant d’ajouter qu’elle inscrirait le nom de M. Sanders sur son bulletin de vote, en novembre.

L’événement conjoint à Portsmouth vient conclure plusieurs semaines de négociations entre les deux camps, alors que M. Sanders faisait pression sur Mme Clinton pour obtenir des concessions progressistes en matière de plateforme électorale.

Le rassemblement survient aussi après que la campagne Clinton eut accepté, la semaine dernière, certains éléments du plan de M. Sanders pour de l’éducation universitaire gratuite, ainsi qu’une expansion du réseau d’assurance-maladie. L’équipe du sénateur a aussi obtenu l’inclusion d’autres mesures « libérales », qui ont été officialisées samedi par un comité.

L’échevelé sénateur n’a toutefois pas gagné sur tous les fronts, échouant entre autres à obtenir un vote de protestation au Congrès contre l’accord commercial du Partenariat trans-Pacifique.

Lors du rassemblement de Portsmouth, il a néanmoins déclaré à la presse que « notre travail consiste maintenant à s’assurer que cette plateforme soit mise en place par un Sénat démocrate, une Chambre démocrate et Mme Clinton en tant que présidente – et je ferai tout en mon pouvoir pour y parvenir ».

Plusieurs grands noms démocrates, dont le président Barack Obama et la sénatrice Elizabeth Warren du Massachusetts, l’une des favorites de l’aile gauche du Parti démocrate, ont déjà fait connaître leur appui à Mme Clinton, plaçant M. Sanders à risque d’être laissé derrière dans la bataille contre Donald Trump.

« Je crois que tous les signaux pointent vers le fait que nous aurons un parti solidement unifié en lançant la convention à Philadelphie », a confié à CNN, mardi, le porte-parole de la campagne Clinton Brian Fallon. « Et lorsque vous comparez cela aux républicains, nous serons très, très loin devant eux. »

M. Trump a peiné à unifier les républicains après s’être mis à dos plusieurs grands noms de l’establishment avec ses positions sur l’immigration, les musulmans et les femmes. Plusieurs républicains connus n’assisteront pas à la convention du parti à Cleveland, la semaine prochaine.

Autre symbole de l’unité croissante des démocrates, deux importants groupes progressistes qui avaient appuyé M. Sanders, la Communications Workers of America Labor Union et le Comité d’action politique Congressional Progressive Caucus, ont annoncé lundi qu’ils se ralliaient à Mme Clinton.

Le groupe du Congrès est dirigé par deux des plus grands donateurs de M. Sanders au sein de cette institution: Raul Grijalva de l’Arizona, qui appuie déjà Mme Clinton, Et Keith Ellison du Minnesota.

 

 

 

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre