Attentat d’Istanbul: l’État islamique suspecté

0

Pieuvre.ca

Des enquêteurs turcs passaient au crible les séquences vidéo et les déclarations de témoins, mercredi, après que trois kamikazes présumés du groupe armé État islamique eurent ouvert le feu et s’eurent fait sauter dans le principal aéroport d’Istanbul, tuant 41 personnes et en blessant 239 autres.

L’attaque contre le troisième aéroport le plus achalandé d’Europe est la plus meurtrière d’une série d’attentats-suicides menées cette année en Turquie, qui fait partie d’une coalition sous gouverne américaine contre l’État islamique et qui peine à se protéger contre un débordement de la guerre civile en Syrie voisine.

Selon Reuters, le président Tayyip Erdogan a affirmé que l’attaque devait représenter un tournant dans la guerre mondiale contre le terrorisme, un mouvement qui, selon lui, « n’a aucune réserve envers la foi ou les valeurs ». Les président américain et russe, Barack Obama et Vladimir Poutine, ont condamné l’attentat lors de coups de fil séparés avec Erdogan, a fait savoir le bureau de ce dernier.

Cinq Saoudiens et deux Irakiens font partie des victimes, a déclaré un responsable turc. Des citoyens chinois, jordaniens, tunisiens, ouzbeks, iraniens et ukrainiens comptent aussi parmi les 13 étrangers tués.

L’un des assaillants a ouvert le feu dans la zone d’embarquement avec une arme automatique, poussant les passagers à se précipiter au sol pour se protéger et tenter de prendre la fuite, avant que les trois attaquants ne déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur ou autour du débarcadère, un étage plus bas, indiquent des témoins et des responsables.

Des images vidéo montrent l’un des terroristes à l’intérieur du terminal recevoir une ou plusieurs balles, apparemment tirées par un policier, avant de s’effondrer alors que les gens autour prenaient la fuite. L’attaquant s’est ensuite fait exploser environ 20 secondes plus tard.

« C’est un casse-tête… Les autorités fouillent dans les enregistrements des caméras de sécurité et passent les déclarations des témoins au crible », indique un responsable turc.

L’agence de presse Dogan a précisé que l’autopsie des trois kamikazes, dont les torses ont été déchiquetés, avait été complétée et que les hommes pourraient être d’origine étrangère, sans toutefois citer de sources.

Des morceaux du plafond gisaient à l’extérieur du débarcadère du terminal des vols internationaux. Des plaques de verre ont éclaté, exposant l’intérieur des bâtiments, et des câbles électriques pendaient du plafond. Des équipes de nettoyage étaient à pied d’oeuvre pour ramasser des débris, et des policiers armés patrouillaient alors que les vols reprenaient.

« Cette attaque, qui visaient des gens innocents, est un acte terroriste vil et prévu d’avance », a déclaré le premier ministre turc Binali Yildirim à la presse aux petites heures du matin, mercredi.

« Les premières preuves indiquent que chacun des attaquants s’est fait exploser après avoir ouvert le feu », a-t-il précisé. Les assaillants sont arrivés à l’aéroport en taxi et les premières conclusions imputent le geste à l’État islamique.

Deux responsables américains du contre-terrorisme au fait des premiers résultats de l’enquête précisent eux aussi que l’EI se trouve en haut de la liste des suspects, même s’il n’existe pas encore de preuves concrètes de l’implication du groupe.

Plus de 12 heures après le début de l’attaque, mardi soir, personne n’avait encore revendiqué l’attentat terroriste.

Plusieurs victimes étrangères

La position d’Istanbul, à cheval sur l’Europe et l’Asie, a fait de l’aéroport Atatürk, le plus grand de Turquie, un important lieu de transit pour les passagers de partout dans le monde. Selon le bureau du gouverneur de la ville, 109 des 239 blessés avaient obtenu leur congé, mais le ministre de la Santé a précisé que 41 se trouvaient aux soins intensifs.

 

« Il y avait des bébés en pleurs, des gens qui criaient, du verre brisé et du sang partout sur le sol. C’était très achalandé, c’était le chaos. Quelque chose traumatisant », a lancé Diana Eltner, 29 ans, une psychologue suisse qui se rendait de Zurich au Vietnam, mais qui avait été redirigée vers Istanbul après avoir manqué une correspondance.

Des passagers retardés dormaient sur les planchers de l’aéroport, a indiqué un témoin s’entretenant avec Reuters, alors que d’autres pleuraient et se serraient dans leurs bras. Vêtus de vestes en Kevlar, des policiers armés de fusils automatiques patrouillaient les environs.

Le voyagiste national Turkish Airlines a confirmé l’annulation de 340 vols, bien que les départs eurent repris mercredi matin.

Maximiser la peur

L’attaque ressemble à l’attentat-suicide de l’EI contre l’aéroport de Bruxelles, en mars, qui a fait 16 victimes. Une attaque coordonnée contre un métro à l’heure de pointe a fait 16 morts supplémentaires dans la capitale belge.

Des militants de l’EI ont aussi revendiqué les attentats de Paris, qui ont fait 129 victimes à Paris en novembre dernier.

« À Istanbul, ils ont utilisé une série de méthodes employées à Paris et Bruxelles. Ils ont planifié un meurtre qui maximiserait la peur et les décès », dit Suleyman Ozeren, un expert en terrorisme au Global Policy and Strategy Institute, sis à Ankara.

La Turquie doit travailler plus sérieusement sur le « renseignement préventif » pour stopper la radicalisation des militants en premier lieu, précise-t-il.

Au dire des deux responsables américains, les attaques d’Istanbul tiennent des méthodes de l’EI, plutôt que de celles des groupes militants kurdes qui ont également récemment mené des attaques en Turquie, mais qui s’en prennent habituellement à des cibles gouvernementales officielles.

 

 

 

 

L’un des deux responsables a ajouté qu’il y avait eu une « hausse marquée » des communications et de la propagande cryptées de l’EI sur le « dark web », ce qui est interprété par certains responsables américains comme une tentative de diriger ou d’inspirer davantage d’attaques à l’extérieur du territoire occupé par le groupe, afin de compenser de récentes pertes sur le terrain.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre