Maison-Blanche 2016 – De l’autre côté de la planète, Obama fustige Trump

0

Pieuvre.ca

La charge fut brève mais terrible: Barack Obama a dénoncé jeudi, depuis le Japon, l »ignorance des affaires du monde » du républicain Donald Trump qui espère lui succéder à la Maison-Blanche.

« Nombre des propositions qu’il a formulées démontrent soit une ignorance des affaires du monde, soit une attitude cavalière », a lancé le président américain en marge du sommet des chefs d’État ou de gouvernement des grands pays industrialisés (G7) à Ise-Shima.

M. Obama a encore ironisé sur un candidat plus préoccupé par « les tweets et les titres de la presse que par une réflexion en profondeur sur la politique à mettre en oeuvre pour assurer la sécurité et la prospérité de l’Amérique et la stabilité du monde », rapporte l’Agence France-Presse.

Le président américain, qui a par le passé affirmé sa conviction que le magnat de l’immobilier n’accéderait pas à la Maison Blanche, s’est aussi fait l’écho des inquiétudes des dirigeants de la planète qu’il rencontre régulièrement.

« Ils suivent cette élection avec beaucoup d’attention. Je pense que l’on peut raisonnablement dire qu’ils sont surpris du candidat républicain », a déclaré M. Obama, tout en évitant soigneusement de prononcer le nom de l’exubérant sexagénaire.

« Ils ne savent pas vraiment s’il faut prendre au sérieux certaines de ses affirmations. Mais ils sont, pour de bonnes raisons, ébranlés par ces dernières », a-t-il poursuivi, à la veille d’une visite historique à Hiroshima, ville frappée par le feu nucléaire américain en 1945.

Les positions de l’homme d’affaires de New York inquiètent particulièrement en Asie.

Il a notamment proposé de retirer les troupes américaines en Corée du Sud et au Japon si les deux pays asiatiques n’augmentaient pas leurs contributions au budget pour le déploiement de ces forces américaines.

Il a aussi suggéré que Tokyo et Séoul se dotent de l’arme nucléaire pour faire face à la Corée du Nord. « On s’en tirera mieux si le Japon se protège lui-même contre ce fou en Corée du Nord », a-t-il lancé fin mars.

« Tout ira bien »

Récemment, celui qui met régulièrement en doute la réalité du changement climatique s’est prononcé pour la renégociation de l’accord de Paris sur le climat, conclu en décembre par plus de 190 pays.

Interrogé sur la primaire dans son propre camp démocrate, et la rivalité qui s’envenime par moments entre la grande favorite Hillary Clinton et le sénateur du Vermont Bernie Sanders, M. Obama a une nouvelle fois refusé de prendre position.

« Laissez les électeurs trancher », a lancé celui qui est sorti vainqueur, en 2008, d’une primaire âprement disputée avec Hillary Clinton.

« Pendant les primaires, les gens deviennent un peu grincheux les uns avec les autres, c’est le processus qui veut ça », a-t-il ajouté, réaffirmant sa conviction que les démocrates se rassembleraient autour de leur candidat car « ils n’ont pas d’énormes différences sur le fond ».

« Il est important pour nous d’essayer de terminer (la primaire) de telle manière que que les deux camps soient fiers de ce qu’ils ont accomplis », a-t-il affirmé.

« Je les connais bien tous les deux, ce sont des gens biens », a-t-il encore dit, évoquant « Hillary et Bernie ».

Le sénateur du Vermont a beau être largement devancé par l’ancienne Première dame dans la course à l’investiture présidentielle, il continue de défier les appels à son retrait. La prochaine grande journée de consultations des primaires aura lieu le 7 juin en Californie et dans cinq autres États.

Interrogé mercredi à Ho Chi Minh-Ville par de jeunes Vietnamiens sur le devenir de l’aventure politique de Donald Trump, M. Obama avait laissé entendre qu’il le voyait toujours perdant le 8 novembre.

« Je suis plutôt optimiste sur la politique américaine. En général, les électeurs finissent par prendre de bonnes décisions », avait-il lancé.

« Tout va bien se passer, je vous le promets ».

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre