Maison-Blanche 2016 – Chassez le Trump, il revient au galop

0

Pieuvre.ca

Il n’aura fallu que 24 heures pour que le possible recentrage politique et social de Donald Trump parte en fumée: le candidat républicain est revenu lundi sur la hausse d’impôts pour les Américains les plus riches qu’il évoquait dimanche, expliquant que les ménages les plus fortunés bénéficieraient vraisemblablement d’une baisse de la fiscalité moins forte que ce qu’il avait proposé au départ.

« Je suis prêt à payer plus et, vous savez quoi? Les riches sont prêts à payer plus », avait affirmé dimanche le milliardaire new-yorkais, désormais seul en lice dans la course à l’investiture du Grand Old Party pour la présidentielle du 8 novembre, devant les caméras d’ABC.

Rompant avec la traditionnelle promesse du parti républicain d’une baisse des impôts pour toutes les catégories de revenu, il s’était par ailleurs dit partisan d’une hausse du salaire minimum.

Lundi, le candidat a dit qu’il n’avait jamais voulu augmenter la taxation sur les ménages les plus riches par rapport aux niveaux actuels, mais plutôt ajuster son propre programme de baisse des impôts.

« Peut-être vais-je devoir l’augmenter sur les riches – je ne vais pas autoriser de hausse pour les classes moyennes », a-t-il dit sur CNN. « Maintenant, si je l’augmente sur les riches, cela veut dire qu’ils vont tout de même payer moins que ce qu’ils paient aujourd’hui. Je parle d’augmenter les impôts par rapport à mon programme fiscal initial. »

Publié en septembre, ce programme prévoit de larges baisses d’impôts pour les entreprises et les ménages, avec une réduction du taux d’imposition des plus hauts revenus de 39,6% actuellement, à 25%. La priorité est désormais de baisser la pression fiscale sur les classes moyennes et les entreprises, a dit Trump lundi.

« Je ne parle pas de hausse des impôts. Je parle d’une baisse énorme des impôts, OK? », a déclaré le promoteur immobilier sur la chaîne de télévision Fox Business Network.

Pour Douglas Holtz-Eakin, ex-membre du gouvernement Bush et conseiller du républicain John McCain lors de sa campagne de 2008, Donald Trump cherche à faire coïncider ses projets économiques.

« De complètement irréaliste, il est devenu incompréhensible » quant à sa politique fiscale, estime Douglas Holtz-Eakin.

Le milliardaire a obtenu le soutien du militant anti-impôts Grover Norquist, qui a estimé lundi sur CNBC que, sous un mandat de Trump, les taux d’imposition connaîtraient globalement une baisse. « Il a clairement affirmé qu’il veut baisser les impôts », a dit Norquist. « La baisse d’impôts de Trump serait une baisse pour tous les Américains. »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre