« Marseille », nouvelle série-événement politique de Netflix

0

Pieuvre.ca

Marseille, la première et très attendue série française de Netflix, plonge dans le milieu politique de la cité phocéenne sans toujours éviter les clichés, malgré deux stars au casting, Gérard Depardieu et Benoît Magimel.

Diffusée sur la plateforme américaine à partir du 5 mai, le « House of Cards à la française », comme avait déjà été surnommée Marseille, risque de souffrir de la comparaison avec le fameux thriller politique américain de Netflix.

Florent-Emilio Siri, l’homme aux commandes de Marseille, autrement dit le chef d’orchestre de la série, et réalisateur de ses quatre premiers épisodes, a déclaré avoir pour ambition de « faire de la cité phocéenne un personnage à part entière », lors d’une projection le 20 avril à Paris dans le cadre du festival Séries Mania.

La série écrite par Dan Franck dresse pourtant un portrait de la ville vue de haut. Les Marseillais ne la reconnaîtront que dans quelques vues aériennes du vieux Port et de la basilique Notre-Dame de la Garde.

Les autres ne conserveront d’elle que l’image d’une terre de voyous, de femmes-objet et de mafieux qui règnent sur Marseille à part égale avec le maire, joué par un Gérard Depardieu qui a l’air de s’ennuyer.

Benoît Magimel, qui interprète son successeur désigné, tente de prendre l’accent marseillais sans toujours y parvenir. Le casting prestigieux peine à installer une intrigue, desservie notamment par ses dialogues.

« Un étonnant fiasco, une débandade que l’on contemple, incrédule, consterné, puis avec un peu de second degré, hilare », a jugé le critique Pierre Langlais dans Télérama.

La semaine dernière, TF1 a créé la surprise en annonçant l’acquisition des droits de la série pour la France.

En diffusant les deux premiers épisodes le 12 mai à 20H55, TF1 servira de vitrine à Netflix, « qui n’est pas encore très connu en France », comme l’a expliqué la semaine dernière à Paris Joris Evers, directeur de la communication de Netflix en Europe.

« On espère bien sûr que beaucoup de gens s’abonneront à Netflix après avoir eu le coup de foudre pour la série sur TF1 », a souligné Joris Evers. La chaîne française n’a pas communiqué le planning de la diffusion des six autres épisodes.

Netflix compte plus de 81 millions d’abonnés dans 190 pays au total contre 40 millions en septembre 2014. Il y a six mois, la plateforme dénombrait plus de 2 millions d’abonnés dans les six pays européens desservis depuis septembre 2014 (France, Allemagne, Belgique, Autriche, Suisse, Luxembourg).

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre