Maison-Blanche 2016 – Trump refuse de condamner ses partisans

0

Pieuvre.ca

Le favori de la course à l’investiture républicaine, Donald Trump, a rejeté une bonne partie de la responsabilité des violences lors de ses meetings sur des « agitateurs professionnels », alors même qu’une vidéo montre un de ses opposants passés à tabac et un autre saisi, semble-t-il, par le directeur de campagne du candidat, écrit Reuters.

S’exprimant dimanche sur la chaîne de télévision ABC, Donald Trump, qui aspire à être désigné candidat du Grand Old Party (GOP) à la présidentielle du 8 novembre, a défendu l’attitude de son directeur de campagne, Corey Lewandowski, et a refusé de condamner ses sympathisants qui ont agressé des opposants au cours de ses meetings, de plus en plus souvent troublés par des actions de protestation.

Il n’est pas non plus revenu sur l’avertissement qu’il avait lancé, à savoir qu’il y aurait des émeutes si le Parti républicain lui refusait l’investiture bien qu’il soit le favori des électeurs républicains.

Certaines hautes personnalités du GOP s’emploient ouvertement à empêcher que Donald Trump soit pas le candidat du parti, car ils ne le jugent pas assez conservateur à leur goût. Le magnat de l’immobilier doit rencontrer en privé des dirigeants du parti lundi à Washington, rapporte le Washington
Post.

Une vingtaine de personnalités du Grand Old Party rencontreront Donald Trump près du Capitole lundi après-midi, dans le cadre, a dit l’équipe de campagne du magnat, d’efforts pour améliorer « l’unité du parti », écrit le journal.

« Je ne sais pas ce qui va se passer, mais je dirai ceci, vous aurez beaucoup de personnes malheureuses », a dit Donald Trump à propos des perspectives de désignation du candidat, en prédisant beaucoup de colère à la convention du parti républicain en juillet si un autre que lui est désigné. « Je ne veux pas voir d’émeutes, je ne peux assister à des problèmes. Mais tout cela concerne des millions de personnes! »

Les violences dans les meetings, a dit Donald Trump, sont souvent provoquées par des manifestants, comme ceux qui ont brièvement bloqué samedi une voie d’accès à l’un de ses rassemblements.

« Ce sont des personnes qui provoquent beaucoup de perturbations! Ce ne sont pas d’innocents agneaux! », a-t-il dit.

Sur des images de télévision tournées samedi lors d’un rassemblement dans l’Arizona, on voit un homme rouant de coups un manifestant anti-Trump alors qu’il était évacué de la salle. Sur une autre vidéo, on verrait Corey Lewandowski saisissant un opposant à Trump par le col de sa chemise.

Pour Donald Trump, ce n’est pas Lewandowski mais un responsable de la sécurité qui a saisi le manifestant.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre