Navigation : Musique

Musique Une femme blonde dans une salle de musique
0

OSM: une première pour Karina Canellakis sans Daniil Trifonov

Il n’y avait rien d’habituel lors de la première soirée de la série de concerts de l’OSM qui débutait le 15 mai dernier. Tout d’abord, nous devions entendre le pianiste russe Daniil Trifonov – soit l’un des plus brillants jeunes artistes de sa génération – interpréter le troisième concerto de Rachmaninov. D’autre part, nous retrouvions pour la première fois la jeune chef d’orchestre Karina Canellakis à la direction de l’orchestre.

Musique
0

Arion – Ô inspirante nuit!

Le 3 mai dernier, à la Salle Bourgie du Musée des beaux arts de Montréal, l’Orchestre baroque Arion clôturait sa 38e saison montréalaise. Intitulé Musica notturna, le programme incluait des oeuvres créées sur un horizon de plus d’une centaine d’années, de Biber à Mozart, en passant par Vivaldi, Barsanti et Boccherini. Enrico Onofri était le soliste et chef invité. Armé de son violon, il a encore une fois mené à bon port l’orchestre qui commence à bien le connaître, puisque c’est sa quatrième collaboration avec Arion.

Musique
0

Une « Carmen » sans scandale à l’Opéra de Montréal

De sa première représentation le 3 mars 1875 à aujourd’hui, Carmen de Georges Bizet, l’opéra le plus populaire de l’histoire est aussi celui qui multiplia les scandales. L’Opéra de Montréal achève sa saison avec une version de Carmen soignée et agréable, une belle mise en scène et des costumes magnifiques, des chanteurs excellents qui se font aussi bons acteurs voire danseurs, mais une version pour laquelle on pourra peut-être reprocher un certain manque d’audace. Le politiquement correct est aussi à l’œuvre.

Musique
2

La Virée classique de l’OSM: regard vers les plages musicales

Ce jeudi 2 mai, Kent Nagano, le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal, et André Robitaille, le porte-parole de l’été 2019 à l’OSM, ont dévoilé la programmation de La Virée classique. Cette 8e édition du festival se tiendra du 7 au 11 août 2019 et proposera une trentaine de concerts pour mélomanes de tous âges.

Musique
1

Musique classique – Un rendez-vous qu’on ne voulait pas manquer

La semaine dernière, l’Orchestre symphonique de Montréal présentait les Rendez-vous Mozart, une programmation prestigieuse avec des invités de renommée variée, répartie sur quatre jours. Pour clore ces rendez-vous, ce vendredi, le chef invité Hervé Niquet était à la barre de l’OSM et de son chœur. Le programme était simple, mais prometteur: la Symphonie no 41 en do majeur K. 551 « Jupiter » et le Requiem en ré mineur K. 626.

Musique
1

Musique – La douceur sucrée de Dawn Davi

Comme une caresse: il n’y a pas beaucoup d’autres mots pour décrire Sweet Apple, le nouvel album de l’auteure-compositrice-interprète torontoise Dawn Davi. Le disque, lancé à la mi-mars, donne l’occasion de reprendre son souffle, entre deux grands titres sur l’affaire SNC-Lavalin et le projet de loi sur la laïcité de l’État.

Musique
2

L’Orchestre symphonique de Montréal et Stravinsky: sacré printemps!

Si l’hiver complètement absurde qui s’est abattu sur le Québec depuis l’automne dernier ne donne aucun signe de vouloir calmer ses ardeurs, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), lui, n’a pas attendu Dame Nature pour tenter de sortir les amateurs de musique classique de leur léthargie hivernale en présentant, dimanche, le bien connu Sacre du printemps, de Stravinsky.

Musique
0

Ariane Moffatt – Petites mains précieuses: à chaque douceur ses bienfaits

Le magnifique Point de mire tiré de son tout autant épatant Aquanaute aura bientôt près de vingt ans, sauf qu’avec Petites mains précieuses, son sixième album original, Ariane Moffatt pourrait difficilement sembler plus épanouie, libre et en possession de ses moyens, déclinant une nouvelle variation éclectique de ses déboires romantiques et mélancoliques.

Musique
1

Musique classique – Une soirée en famille

Lundi dernier, à la Salle Bourgie, avait enfin lieu le concert Tchaïkovski et Tétreault avec l’Orchestre de chambre de McGill, sous la direction de Boris Brott. On aura deviné que le Tétreault du titre c’était Stéphane Tétreault, le violoncelliste québécois dont tout le monde parle, encore. Enfin, parce que le concert a dû être reporté de plusieurs semaines pour permettre au soliste invité de guérir d’une blessure à un doigt.