Catégorie: FTA 2013

Un septième OFFTA plus populaire que jamais

Le (Dés)Enchantement: pas la chanson de Mylène Farmer, mais plutôt le thème de la mouture 2013 du off-Festival TransAmériques. Alors que la plus récente édition de l’événement culturel se terminait dimanche dernier, le 2 juin, après un peu plus d’une semaine de festivités, l’équipe organisatrice présentait mercredi son bilan sur une note positive, après une vingtaine de prestations et autres expérimentations culturelles.

FTA – La jeune fille et la mort, un miroir nécessaire

Le bureau de l’APA, créé par Simon Drouin et Laurence Brunelle-Côté, nous présente à nouveau à l’Espace Libre son spectacle hybride La jeune fille et la mort. Une pièce théâtrale prenant une dimension performative et métissée pour nous expliquer le concept de « jeune-fillisation » du collectif philosophique Tiqqun.

Un éléphant, des nazis et des déficients intellectuels

Ganesh contre le troisième Reich. Le titre de cette pièce australienne, présentée à l’Usine C dans le cadre du Festival TransAmériques (FTA), en dit déjà long sur l’univers dans lequel pénètrent les spectateurs lorsque les lumières s’éteignent. Une aventure haute en couleurs pour récupérer la swastika, symbole hindou volé par les nazis et depuis lors associé au mal hitlérien, mais aussi une réflexion sur l’inclusion des déficients intellectuels au sein du monde artistique.

Du combat de boxe à l’introspection: Winners and Losers

Le micro-onde, Occupy, Pamela Anderson, la corruption municipale: in ou out? Voilà la prémisse de Winners and Losers: opérer un classement dichotomique de tout et de rien, comme si on était dans une « vraie » soirée de gars. James Long et Marcus Youssef, auteurs et amis de longue date, y jouent d’ailleurs leur propre rôle, ce qui tend à brouiller la frontière entre le show et la vie. En outre, en laissant une bonne part d’improvisation habiter chacune de leurs représentations, Youssef et Long s’assurent d’un effet de réel encore plus marqué.

FTA – Amours sordides

L’inceste est un thème traité depuis bien longtemps au théâtre. Mais comment parler de l’histoire vraie d’une séquestration d’enfants qui a duré 24 ans. L’artiste Markus Ohrn l’a fait d’une manière hors normes, brutale, dans sa pièce Conte d’Amour, présentée au Conservatoire jusqu’au 30 mai dans le cadre du Festival TransAmériques (FTA).

FTA – Un Ennemi du peuple sur fond de crise

Plusieurs pièces de théâtre nous sortent de notre zone de confort et nous forcent à réfléchir sur de grands sujets de société. Mais rares sont les œuvres qui s’arrêtent à mi-parcours pour donner la parole au public et le forcer à se positionner haut et fort sur les conflits éthiques qu’il observait jusqu’à maintenant bien confortablement dans son siège. Avec un Ennemi du peuple, présenté dans le cadre du Festival Trans-Amériques (FTA), l’Allemand Thomas Ostermeier donne une voix au public dans une œuvre spectaculaire et hors-norme.