Auteur Jim Chartrand

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Cinéma / Télévision
0

Sleeping With Other People vient séduire en DVD

Les comédies romantiques se font par centaines chaque année et Sleeping With Other Peopleréussit l’exploit de se frayer un chemin plus mémorable de par la justesse de son écriture et l’excellence de sa distribution. Comme son passage en salles a été plutôt discret, voilà l’occasion rêvée de le rattraper puisque le film s’amène en DVD!

À la une
0

The Hateful Eight: qui tient les couilles, a le pouvoir

Il y a des cinéastes au style si particulier que leur œuvre porte une signature qui ne peut que leur convenir. L’indomptable Quentin Tarantino en fait partie et livre indubitablement un film dont lui seul peut en être l’auteur avec son époustouflant The Hateful Eight, une proposition claustrophobique et hivernale qui pousse étonnamment plus loin les plus belles folies de son incorrigible audace.

Cinéma / Télévision
0

Youth: rattrapé par le temps

Difficile de faire suite à un film comme La Grande Bellezza, puisqu’à l’image de son titre on y trouvait une proposition d’une beauté inoubliable. S’il semble se baser sur les mêmes élans visuels tout en respectant son propre style maniéré, Paolo Sorrentino nous revient avec Youth, un opus créatif qui séduit, mais qui n’impressionne pas.

À la une
0

Star Wars Episode VII – The Force Awakens: du bon côté de la Force

Si l’événement cinématographique n’a pas besoin de présentations, ne faisons pas durer le suspense plus longtemps et annonçons immédiatement que J.J. Abrams a encore réussi avec grand brio l’impossible en redonnant vie à un intouchable de façon à satisfaire pratiquement tout le monde, des initiés aux non-initiés, des fans aux nouveaux venus, allant peut-être même à atteindre ceux qui n’en ont absolument rien à faire de toute la folie entourant Star Wars. Pendant presque la totalité de ses deux heures et quelques, disons que le septième épisode de la saga est un feu roulant de feux d’artifice pour l’enfant enfoui en chacun de nous.

Cinéma / Télévision
0

Carol: qu’importent leurs regards si je n’ai d’yeux que pour toi

Le cinéaste Todd Haynes a probablement l’un des regards compassionnels parmi les plus bouleversants de tout le cinéma post-moderne américain et son plus récent Carol en est encore indéniablement la preuve. En synthèse de sa propre œuvre, d’une certaine façon, il vient enfin juxtaposer ses deux tendances, soit de se réapproprier les codes d’un genre révolu pour pousser les limites du cinéma. Voilà donc comment il se lance dans le plus vieil exercice du monde, soit de faire du neuf avec du vieux et, nul besoin de dire que le résultat est tout simplement splendide.

Cinéma / Télévision
0

Macbeth: magnifier l’horreur dans une valse avec la mort

Quelque part entre le 300 de Zack Snyder et la télésérie Vikings de Michael Hirst se situe l’ambitieux, voire glorieux Macbeth de l’Australien Justin Kurzel, auréolé d’une longue ovation à Cannes. Entre modernité et classicisme, textes originaux et adaptés, le cinéaste joue le tout pour le tout en livrant un spectacle aussi flamboyant que rougeoyant qui se réapproprie Shakespeare avec panache.

Cinéma / Télévision
0

Ryan McKenna et Le coeur de madame Sabali

Plongée créative dans l’originalité, Le cœur de madame Sabali permet d’insuffler un vent singulier au cinéma québécois dans un registre semblable au cinéma de Stéphane Lafleur, lui volant d’ailleurs Francis La Haye au passage. C’est également l’occasion de voir de nouveau briller la grande Marie Brassard, une collaboration souhaitée par le cinéaste qui est un peu à l’origine du projet tel que Ryan McKenna nous l’a raconté lorsque nous l’avons rencontré.

Non classé
0

Life: dans les pas d’un autre

Depuis Control, son singulier mais senti biopic en noir et blanc sur Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, le photographe et réalisateur de vidéoclips devenu cinéaste Anton Corbijn continue de fasciner avec son rythme unique qui fait travailler ses spectateurs. Si Life, son incursion dans l’âge d’or d’Hollywood, n’est peut-être pas son effort le plus convaincant, il n’en demeure pas moins une chronique qui mérite le coup d’œil.