Auteur Jim Chartrand

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Cinéma / Télévision
0

Se réchauffer le cœur en février avec Last Christmas

Voué à l’échec avec son revirement abracadabrant, sa réalisation défaillante et son appropriation bizarroïde de plusieurs clichés culturels, un petit miracle de Noël a pourtant eu lieu avec Last Christmas, un film au public bien précis qui a certainement trouvé ses spectateurs en devenant un succès inattendu en quadruplant pratiquement son budget. Il est désormais en DVD, juste à temps pour les petits cœurs romantiques de la St-Valentin.

Cinéma / Télévision
0

Cinéma – Prendre le large, confortablement installé chez soi

Irrésistible crowd-pleaser, The Peanut Butter Falcon est un film qui s’écoute aisément grâce à son sujet traité avec délicatesse et légèreté, mais aussi la force indéniable de sa distribution, n’en déplaise à ce petit je-ne-sais-quoi qui aurait pu l’élever à un cran plus mémorable. Il est néanmoins disponible en DVD, pour que tous puissent le savourer.

Cinéma / Télévision
0

De l’espoir forcé avec Harriet

Projet qui roule dans la boue depuis des années, on aurait certainement souhaité mieux pour un personnage aussi emblématique de la cause des Noirs que Harriet Tubman, dont le visage sur les billets américains de 20 dollars est de plus en plus incertain. Un rattrapage chez soi pas obligatoire, qui fait drôle de figure dans les cérémonies de prix prestigieuses de ce début d’année.

Cinéma / Télévision
0

De chair fraîche et de tendresse avec Little Monsters

Malgré son lot d’imperfections, Little Monsters parvient à séduire de manière inattendue tout en insufflant son propre vent de fraîcheur au genre éculé à la fois du film de zombies, mais aussi plus spécifiquement de la comédie de zombies. Un petit délire à rattraper chez soi sans modération.

Cinéma / Télévision
0

Like a Boss: voler le show

Ce ne sera pas une grande surprise que de déclarer qu’avec une telle distribution et une prémisse aussi peu développée, les interprètes de Like a Boss sont décidément meilleurs que le film dans lequel ils doivent patauger. En ressort alors l’ombre d’une bonne comédie qui ne fonctionne pas vraiment, mais qui trouve néanmoins le moyen de nous divertir et, à ses heures, nous faire rire.

Cinéma / Télévision
0

Underwater: toujours moyen de remonter

Tourné il y a déjà près de trois ans, Underwater semble provenir d’une autre époque, ce qui fait à la fois son charme et ses inconvénients, plaçant cette luxueuse série B entre deux feux, jamais trop certaine du degré de satisfaction qu’elle veut développer, ou du moins atteindre.

Cinéma / Télévision
0

Anna and the Apocalypse ne donne pas trop l’envie de prolonger les festivités

La période des Fêtes tire peut-être à sa fin, mais les créations thématiques vivent à jamais, pour le meilleur et le pire, comme en fait foi Anna and the Apocalypse, finalement disponible en DVD en version originale seulement. Le film, avec son concept aussi prometteur relativement gâché, ne donne pas vraiment le goût de poursuivre les célébrations de fin d’année.

À la une
0

Le Cirque du Soleil teste ses couleurs avec Axel

Avec Axel, le Cirque du Soleil se contente d’en mettre encore une fois plein la vue via une mise en scène époustouflante, qui s’avère cependant régulièrement plus impressionnante que les numéros en soi. Le comble pour un spectacle d’abord de patinage et de cirque.

Cinéma / Télévision
0

Cats: chat va pas du tout

Tom Hooper a toujours eu la main heureuse auprès des critiques, des institutions et des cérémonies de prix, au grand dam des spectateurs qui ont de plus en plus de la misère à le suivre dans ses ennuis, depuis la victoire discutable de The King’s Speech. Son adaptation inattendue, indescriptible et désormais inoubliable de la comédie musicale Cats, qui s’avère en toute coïncidence son premier scénario, est maintenant assuré de ternir sa carrière à jamais.