Un prix pour le meilleur du pire « greenwashing »

0

Son marketing sur une « agriculture intelligente face au climat » n’a pas convaincu tout le monde: la multinationale d’engrais chimiques Yara a reçu le Prix Pinocchio 2020, visant à dénoncer les stratégies de « greenwashing », ou écoblanchiment, des grandes entreprises.

C’est au cours d’une cérémonie symbolique tenue le 24 février au Salon de l’agriculture de France que le mouvement écologiste les Amis de la Terre a décerné ce prix à la multinationale norvégienne. Un hommage satirique qui cherche à dénoncer l’écoblanchiment ainsi qu’à sensibiliser le public à la responsabilité sociale et environnementale des industries.

Avec 40% des 12 800 votes du public, Yara a remporté la victoire suivie de près par le géant de l’industrie laitière Lactalis (39%) et par l’entreprise d’abattage Bigard (21%). Pour Anne-Laure Sablé, porte-parole du comité organisateur, ce résultat lance un message clair sur les préoccupations de la population. « C’était une surprise que ce soit Yara qui recueille le plus de voix, mais c’est un signe que les citoyens s’intéressent de près à la production agricole », a t-elle affirmé.

Active sur tous les continents, Yara produit des engrais de synthèse depuis 1905. Sa mission: nourrir le monde de façon responsable et protéger la planète. On apprend, dans une vidéo promotionnelle, que « les engrais minéraux ont sauvé plus de vies que n’importe quelle invention au monde ». Mais selon les Amis de la Terre France, Yara contribue à la contamination des écosystèmes en faisant la promotion de l’utilisation massive d’engrais chimiques. Leur fabrication et leur épandage produisent également des gaz à effet de serre.

La multinationale ne s’est pas présentée pour récupérer son prix.


Autres contenus:

Quand l’humain affecte l’Himalaya sans même y mettre le pied

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre