Jojo Rabbit: mon ami Adolf

0

Si vous appréciez les films différents qui n’ont pas peur de sortir des sentiers battus, vous vous régalerez cette semaine avec la sortie en 4K, Blu-ray et DVD de l’iconoclaste Jojo Rabbit du réalisateur Taika Waititi.

Depuis que sa sœur Inge est morte des suites de l’influenza et que son père est parti combattre en Italie il y a maintenant deux ans, le jeune Johannes Betzler vit seul avec sa mère. Comme plusieurs Allemands de son âge, le garçon fréquente les « Deutsches Jungvolk », les infâmes Jeunesses hitlériennes, où on lui inculque les rudiments du combat, la fierté aryenne, et bien sûr, l’antisémitisme. Jojo possède aussi un ami imaginaire bien spécial avec qui il discute régulièrement: Adolf Hitler lui-même! Découvrant que sa mère cache une adolescente juive dans leur grenier, l’enfant exige que cette dernière lui dévoile tous les secrets de son peuple dans le but de mieux connaître et combattre l’ennemi, mais des liens finiront par se tisser entre les deux, qui pousseront Jojo à remettre en question ses convictions.

La pochette du boîtier

Présentant un point de vue inusité sur la Deuxième Guerre mondiale, celui d’un garçon de dix ans membre des Jeunesses hitlériennes, Jojo Rabbit n’utilise pas la figure d’Hitler et les croix gammées dans le but de provoquer ou de causer des crises d’apoplexie chez les adeptes du politiquement correct, mais plutôt comme une illustration puissante (et universelle) de l’intolérance. En injectant son sens de l’humour particulier au roman Caging Skies de Christine Leunens, le réalisateur Taika Waititi (à qui l’on doit l’hilarant What We Do in the Shadows et Thor: Ragnarok) ridiculise au passage l’antisémitisme et transforme le nazisme en bouffonnerie, mais au-delà de la simple farce, ce long-métrage irrévérencieux et complètement déjanté livre surtout une invitation à penser par soi-même.

Autant sur le fond que la forme, Jojo Rabbit est un très beau film, et sans pousser aussi loin les bricolages visuels, on sent une influence très « Wes Andersonienne » dans la réalisation de Taika Waititi. Malgré des thèmes lourds comme le nazisme ou l’endoctrinement des enfants, la cinématographie demeure lumineuse et colorée et le long-métrage fait preuve d’un enthousiasme communicatif, sans pour autant prendre à la légère les moments plus dramatiques. Waititi utilise à quelques reprises des versions allemandes de chansons connues, juxtaposant par exemple le « I Want To Hold Your Hand » des Beatles sur des images de salut hitlérien, ce qui crée un certain inconfort. Parlant de malaise, qu’il s’agisse du Führer offrant des cigarettes à Jojo ou des « Heil Hitler! » répétés au point de verser dans le vaudeville, les amateurs d’humour noir et grinçant se délecteront avec cette production.

Image tirée du film

Il n’est pas toujours évident de diriger des enfants à l’écran, mais présent dans pratiquement chaque scène et faisant preuve d’un naturel désarmant, le jeune Roman Griffin Davis est la révélation de Jojo Rabbit. Jouant non pas le Adolf Hitler historique, mais la version bouffonesque telle qu’imaginée par un garçon de dix ans, Taika Waititi exploite à fond ce filon humoristique, et les conversations entre lui et Jojo constituent haut la main les meilleurs moments du film. Interprétant la mère, Scarlett Johansson nous rappelle qu’elle est aussi douée pour les rôles de composition que les superhéros, et Sam Rockwell, qui a toujours excellé dans les personnages cabotins, livre un officier homosexuel des SS des plus mémorables. Rebel Wilson, Alfie Allen (Game of Thrones) et Stephen Merchant (Fighting with My Family) complètent la distribution.

L’édition haute définition de Jojo Rabbit inclut le film sur disque Blu-ray, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique. Une piste de commentaires livrée par le réalisateur, trois scènes retirées du montage final, une compilation des décrochages les plus cocasses survenus sur le plateau et un Making Of plutôt complet d’une trentaine de minutes, constituent l’essentiel du matériel supplémentaire qu’on retrouve sur l’édition.

Jojo Rabbit déborde d’une originalité et d’une audace malheureusement trop rare de nos jours du côté d’Hollywood, et on ne peut que se réjouir qu’un tel OVNI cinématographique aie trouvé un studio pour le produire.

8.5/10

Jojo Rabbit

Réalisation : Taika Waititi

Scénario : Taika Waititi (d’après le roman de Christine Lunens)

Avec : Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Scarlett Johansson, Sam Rockwell, Rebel Wilson, Alfie Allen et Taika Waititi

Durée : 108 minutes

Format : Blu-ray (+ copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

L’implacable passage du Temps et des Marées

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre